Le montant total qui pourra être versé en vertu du programme de rétention pour les dirigeants du siège social et le personnel a été réduit de 1,1 million $.

Les primes révisé de Sears autorisées

Un juge ontarien a approuvé une réduction du programme de primes de Sears Canada destiné à environ trois dizaines d’employés de son siège social qui resteront avec l’entreprise jusqu’à la fin de son processus de liquidation.

Le montant total qui pourra être versé en vertu du programme de rétention pour les dirigeants du siège social et le personnel a été réduit de 1,1 million $ à la suite d’un certain nombre de départs. Le nombre d’employés admissibles est ainsi passé de 43 à 36.

Le montant d’argent réservé aux primes totalisait 7,6 millions $ lorsque l’opération de restructuration du détaillant en difficulté a débuté, en juin.

Mais certains ex-employés de Sears Canada ont estimé mercredi, à la suite de l’audience, que trop de temps et d’argent était gaspillé pour convaincre les dirigeants de rester à leur poste.

« Je suis vraiment fâchée. Vraiment fâchée. Je suis fâchée », a lancé Mina Iannino, qui avait de la difficulté à exprimer son « dégoût » vis-à-vis de la façon dont les employés avaient été traités pendant ce processus.

Les employés qui restent en poste pour la liquidation, qui commencera jeudi, « devraient tout simplement s’en aller et laisser l’entreprise en plan », a affirmé Mme Iannino aux journalistes.

Jennifer Holder, qui travaillait au comptoir des cosmétiques avant d’être mise à pied, a dit qu’elle ne « pouvait pas croire qu’ils s’inquiètent toujours d’obtenir des primes pour les dirigeants alors que les employés se préparent à passer la saison des Fêtes sans véritable emploi ».

« Tout ce qu’ils font dans cette procédure vise à se garantir une forme de prime, alors que tous les autres se retrouvent au chômage (et qu’il n’y a pas assez) d’argent dans le fonds pour les ex-employés en difficultés pour s’occuper de tous les employés au Canada. »

En vertu du plan de rétention de Sears Canada approuvé par la cour, les dirigeants n’auraient pas droit à leur prime s’ils quittaient de leur propre gré ou s’ils étaient congédiés pour un motif valable.

Le nouveau plan prévoit que les employés clés du siège social pourront toucher leur prime s’ils restent avec l’entreprise jusqu’en mars ou avril prochain, selon les différentes personnes.

Avant d’accéder à la demande du détaillant, le juge Glenn Hainey a obtenu l’assurance qu’aucuns fonds additionnels n’avaient été approuvés au-delà de la somme de 7,6 millions $ originalement autorisée pour les primes du siège social.

Environ la moitié de ces primes ont été versées depuis que Sears Canada a obtenu la protection de la cour contre ses créanciers, en juin. Il restait ainsi 3,9 millions $ dans le programme de primes avant l’approbation de mercredi — qui a réduit cette somme à 2,8 millions $ pour le reste du processus de liquidation.

Sears Canada compte actuellement 74 grands magasins, huit magasins Sears Décor et 49 magasins d’électroménagers et de matelas Sears, qui seront tous fermés.

Le détaillant honorait mercredi pour une dernière journée les plans de protection de ses clients, avant d’entamer jeudi ses ventes de liquidation.

Plus tôt cette semaine, il a indiqué que des remboursements pour ces plans de protection seraient effectués aux clients qui les auront achetés dans les 30 derniers jours.

La plupart des marchandises habituellement vendues par Sears Canada sont visées par une garantie d’un an du fabricant. Les clients auront accès à celle-ci directement par l’entremise des fabricants, comme c’est déjà le cas.

La société a indiqué qu’elle était toujours à la recherche d’un acheteur pour ses services de réparation, mais elle ne sait toujours pas si une vente pourra avoir lieu et quelles seraient les modalités des services offerts par un éventuel acquéreur.