Les importations de soja américain ont plus que doublé par rapport au mois précédent pour atteindre 2,6 millions de tonnes, selon AWeb.com, un site web d’actualités au service de l’industrie agricole chinoise.
Les importations de soja américain ont plus que doublé par rapport au mois précédent pour atteindre 2,6 millions de tonnes, selon AWeb.com, un site web d’actualités au service de l’industrie agricole chinoise.

Les importations chinoises de soja bondissent après l’accord avec les États-Unis

PÉKIN, Chine — Les importations chinoises de soja ont bondi en novembre après l’annonce d’un accord commercial intérimaire avec les États-Unis.

Les importations ont augmenté de 53,7% par rapport à la même période de l’année précédente pour atteindre 5,4 millions de tonnes, selon les données douanières.

Les importations de soja américain ont plus que doublé par rapport au mois précédent pour atteindre 2,6 millions de tonnes, selon AWeb.com, un site web d’actualités au service de l’industrie agricole chinoise.

La Chine avait cessé les achats de soja américain, la plus grande importation du pays en provenance des États-Unis, après que le président Donald Trump eut augmenté les droits d’importation sur les produits chinois dans un différend sur les ambitions technologiques de Pékin et l’excédent commercial.

Les deux gouvernements ont annoncé un accord provisoire de «phase 1» en octobre, mais n’ont pas encore dévoilé les détails. Les responsables américains disent qu’il pourrait être signé dès janvier.

Les responsables américains ont déclaré que dans le cadre de cet accord, Pékin augmentera ses importations de produits agricoles des États-Unis. Les autorités chinoises doivent encore confirmer l’ampleur possible des achats.

Des porte-parole du gouvernement chinois ont indiqué en septembre que les importateurs passaient des commandes de soja américain, mais aucun détail des achats n’a été annoncé.

Les acheteurs chinois utilisent le soja comme aliment pour animaux et pour l’huile de cuisson.

Pékin a acheté plus de soja brésilien, mais aucun autre fournisseur n’a pu remplacer tout à fait les approvisionnements en provenance des États-Unis. Le conflit a ajouté à la pression sur les éleveurs de porcs chinois qui sont aux prises avec une épidémie de peste porcine africaine qui a dévasté les troupeaux.