L’entreprise gatinoise Kuma Fireworks fait honneur au Canada sur la scène internationale.

Les feux d’artifice gatinois de Kuma Fireworks primés en Russie

L’entreprise gatinoise Kuma Fireworks a remporté les grands honneurs lors d’une compétition de feux d’artifice à Kaliningrad, un territoire russe en Europe de l’Est, la semaine dernière.

« On a vraiment le sentiment du devoir accompli », lance Maxime Lessard-Giroux, qui est à la tête de cette jeune entreprise gatinoise fondée en 2017.

Lors de cette compétition, l’équipe de Kuma Fireworks affrontait les firmes championnes des cinq éditions précédentes. L’année dernière, Kuma Fireworks avait notamment remporté le prix du jury. Cette année, ils ont été sacrés champions du monde.

« De voir une compagnie gatinoise évoluer parmi les meilleurs au monde et se faire sacrer champion, c’est vraiment excitant », avoue-t-il.

Le directeur artistique François Philibert et le patron de Kuma Fireworks Maxime Lessard-Giroux reçoivent leur prix.

M. Lessard-Giroux ne prend toutefois pas tout le crédit de ce triomphe.

« C’est vraiment une réussite d’équipe, insiste-t-il. Notre directeur artistique François Philibert a fait un travail remarquable. »

Feux d’artifice à Kaliningrad

Une participation à Moscou

Une semaine auparavant, Maxime Lessard-Giroux et son équipe se trouvaient dans la capitale de la Russie, à Moscou.

« C’est l’une des cinq plus grosses compétitions pyrotechniques sur la planète. C’est la LNH des feux d’artifice, illustre-t-il. La plupart de nos adversaires avaient déjà tous fait la cérémonie des Jeux olympiques. Certaines compagnies comme la firme française Ruggieri avaient même déjà illuminé la tour Eiffel et le gratte-ciel Burj Khalifa à Dubaï. »

« Juste le fait d’avoir été invité à participer à cette compétition-là, ça représente un véritable honneur », ajoute l’entrepreneur.

L’équipe de Kuma Fireworks a présenté son spectacle en premier devant une foule estimée à 200 000 spectateurs. Pour une prestation de 10 minutes, le budget accordé était évalué à environ 100 000 $. Mais le dénouement ne s’est pas passé tel que souhaité.

« Malheureusement, pendant notre prestation, il y avait des orages, donc notre spectacle n’a pas sorti comme on l’aurait voulu », se désole-t-il.

Feux d’artifice à Kaliningrad

Cela n’a toutefois pas empêché la firme gatinoise de faire bonne figure. L’entreprise est parvenue à s’ouvrir plusieurs portes sur le marché international.

« On s’est déjà fait offrir de faire des spectacles dans des pays du Golfe et en Asie. On s’est également fait contacter par des organisateurs d’événements en Europe. C’est vraiment un bond de géant pour la compagnie pour faire des mégas spectacles à l’étranger. »

Par ailleurs, Kuma Fireworks a assuré la cérémonie de clôture du festival San Fermin – aussi appelé la fête des Taureaux – à Pampelune, en Espagne, au début du mois de juillet.

« C’est là-bas que se trouve mon marché principal à l’international et ça s’est super bien passé », mentionne Maxime Lessard-Giroux.

Au cours des prochains mois, Kuma Fireworks souhaite notamment grossir son nombre d’employés. Présentement, la compagnie gatinoise n’en compte que quatre .