L’enquête de la banque centrale a été menée entre le 12 février et le 9 mars, et ses conclusions sont présentées un peu plus d’une semaine avant l’annonce de sa nouvelle décision sur son taux d’intérêt directeur.

Les entreprises canadiennes restent positives, selon la Banque du Canada

OTTAWA - Les entreprises canadiennes restent optimistes quant à l’avenir de leurs activités de ventes, leurs investissements et leurs embauches, mais certaines d’entre elles s’attendent à une modération par rapport au rythme effréné de l’an dernier, a indiqué lundi la Banque du Canada.

Selon le sondage trimestriel réalisé par la banque centrale auprès des dirigeants d’une centaine d’entreprises, le moral des sociétés reste positif et conserve un niveau supérieur aux moyennes historiques, même si cet indicateur a légèrement retraité depuis le mois de janvier.

Dans son «Enquête sur les perspectives des entreprises» du printemps, la Banque du Canada indique que les entreprises misent sur une croissance de leurs ventes dans la plupart des régions et des secteurs pour les 12 prochains mois.

Selon le rapport, les entreprises s’attendent à de meilleures ventes d’ensemble grâce à une hausse de la demande des États-Unis. Cependant, certaines d’entre elles craignent aussi que le protectionnisme et une réduction de la compétitivité limitent les bénéfices tirés de l’amélioration de l’économie américaine.

La plupart des firmes ont l’intention d’augmenter leurs investissements dans les machines et le matériel au cours de la prochaine année, a indiqué la Banque du Canada, même si cet indicateur a reculé par rapport à sa lecture de l’enquête hivernale.

Les intentions d’embauche sont également plus prononcées et s’étendent aux différentes régions et à la plupart des secteurs. Les craintes de pénuries de main-d’oeuvre se sont intensifiées au cours de la dernière année.

L’enquête de la banque centrale a été menée entre le 12 février et le 9 mars, et ses conclusions sont présentées un peu plus d’une semaine avant l’annonce de sa nouvelle décision sur son taux d’intérêt directeur.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a haussé le taux directeur à trois reprises depuis juillet dernier. La plupart des observateurs s’attendent cependant à ce qu’il fasse preuve de prudence en raison des difficultés liées au commerce et à la compétitivité, ainsi qu’aux indices laissant croire que la vigoureuse performance économique connue par le Canada l’an dernier s’est assagie.