Le système de paie Phénix a été implanté en février 2016 ; il était censé permettre d’économiser en se départissant des experts de la paie dans chaque ministère et en centralisant le tout.
Le système de paie Phénix a été implanté en février 2016 ; il était censé permettre d’économiser en se départissant des experts de la paie dans chaque ministère et en centralisant le tout.

Les civils de la GRC ne veulent pas de Phénix

Les employés civils de la GRC franchissent un pas de plus dans leur campagne pour éviter d’avoir affaire au système de paie Phénix.

Cela fait justement quatre ans cette semaine que le système de paie Phénix, qui a connu d’innombrables ratés, a été implanté au gouvernement fédéral. On compte par milliers les cas d’employés sous-payés, trop payés et qui doivent rembourser, voire pas payés du tout pendant un certain temps.

Or, l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada, qui représente les membres civils de la Gendarmerie royale du Canada, ne veut pas que ses membres y soient aussi soumis, craignant qu’ils vivent les mêmes répercussions que les autres employés du fédéral.

Le syndicat avait déjà demandé à la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, de ne pas transférer ses membres civils nouvellement syndiqués de la GRC au système de paie Phénix.

Mais comme le processus semble suivre son cours, l’Institut professionnel de la fonction publique invite maintenant ses 60 000 membres à transmettre un courriel au président du Conseil du trésor fédéral, Jean-Yves Duclos, à la ministre des Services publics et Approvisionnements, Anita Anand, et à la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, pour leur demander de stopper le transfert des nouveaux membres civils au système de paie Phénix.

Le système de paie Phénix a été implanté en février 2016 ; il était censé permettre d’économiser en se départissant des experts de la paie dans chaque ministère et en centralisant le tout.

Selon le dernier questionnaire transmis par le Conseil du trésor fédéral pour l’année 2019, auquel 182 000 employés ont répondu, 74 % d’entre eux ont rapporté avoir éprouvé des problèmes de paie avec le système Phénix, à un moment ou à un autre. C’est donc dire qu’environ 134 500 d’entre eux ont été touchés.

« Il n’y a aucune raison d’exposer davantage de fonctionnaires aux graves conséquences de Phénix. Nous ne baisserons pas les bras. Nous exhortons tous les membres de l’Institut professionnel à agir immédiatement et à manifester clairement notre opposition », a lancé la présidente Debi Daviau.

Au Québec, l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada est affilié à la FTQ, la plus grande centrale syndicale du Québec. Ce syndicat représente des fonctionnaires professionnels partout au pays.