Jerome Powell

L’ère Powell risque de faire face à des turbulences

Lorsque Jerome Powell sera assermenté lundi comme nouveau président de la Réserve fédérale américaine, la fierté du moment pourrait être tempérée par la reconnaissance par M. Powell des risques à l’horizon.

Un volume intense de ventes sur Wall Street vendredi - avec des actions en chute et des bonds du rendement des obligations dans la foulée du rapport sur l’emploi en janvier laissant croire à une montée prochaine de l’inflation - a servi de vif rappel des défis auxquels fera face la Fed sous la gouverne de M. Powell.

Lors de son audience de confirmation au Sénat, M. Powell avait mis l’accent sur sa volonté de poursuivre l’approche prudente de sa prédécesseure, Janet Yellen, à l’égard des hausses de taux d’intérêt. Mme Yellen a été en mesure de diriger une politique graduelle sur les taux étant donné que l’inflation présentait peu de risques: la croissance de l’Indice des prix à la consommation a été inférieure même à la cible de deux pour cent de la Fed durant son mandat de quatre ans.

L’ère Powell pourrait être de toute autre nature. Le marché de l’emploi s’est resserré. Les salaires ont augmenté. La dette fédérale augmentera probablement. Les réductions d’impôt pourraient accélérer la croissance.

Tous ces éléments peuvent potentiellement faire grimper l’inflation, et cette perspective a alarmé les investisseurs, vendredi. La question principale est de savoir de quelle ampleur sera la montée de l’inflation. Pendant des semaines, les investisseurs ont réclamé des rendements plus élevés des obligations. Vendredi, après que le gouvernement eut indiqué que le salaire moyen en janvier avait augmenté d’une année à l’autre au rythme le plus rapide en plus de huit ans, le rendement des bons du Trésor sur dix ans a atteint 2,84 pour cent, un sommet jamais vu en quatre ans.

La Fed dirigée par M. Powell serait heureuse de voir l’inflation atteindre finalement la cible de deux pour cent. Le danger serait que l’inflation grimpe bien au-delà de ce niveau. La Réserve fédérale américaine ferait alors face à une pression intense pour accélérer ses hausses de taux d’intérêt afin de resserrer le crédit et freiner l’inflation.

Là réside le risque. Si la Fed resserre le crédit de façon trop prudente, l’inflation pourrait s’envoler hors de contrôle. Si elle resserre trop la vis, cela pourrait entraîner une récession. Trouver un juste équilibre s’est révélé difficile pour la Fed dans son histoire. La banque centrale a parfois mal évalué la vitesse idéale pour l’augmentation des taux et a contribué au ralentissement économique.

En décembre, la Fed avait anticipé trois hausses du taux directeur en 2018, tout comme en 2017. Certains économistes disaient même entrevoir quatre augmentations des taux au cours de l’année.