La vice-présidente de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Martine Hébert

Legault interpelé au sujet de la pénurie de main-d’œuvre

MONTRÉAL — La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) presse le nouveau gouvernement Legault de s’atteler à résoudre la pénurie de main-d’œuvre au Québec.

La vice-présidente principale de l’organisation, Martine Hébert, estime que le gouvernement doit en faire une priorité, puisque 110 000 emplois sont à pourvoir dans les PME québécoises.

Mme Hébert souligne que plusieurs entreprises doivent actuellement refuser des contrats, faute de main-d’œuvre, et que d’autres doivent réduire leurs activités, voire même fermer temporairement.

La Fédération entend solliciter des rencontres avec les ministres concernés au cours des prochaines semaines, afin de trouver des solutions. Selon Martine Hébert, les employeurs pourraient éventuellement puiser leurs ressources par le biais de l’immigration, « mais ce n’est pas une panacée », ajoute-t-elle. Mme Hébert précise que plusieurs immigrants sont souvent « surqualifiés » pour les emplois disponibles.

Martine Hébert se réjouit par ailleurs que des élus issus du milieu des affaires occuperont des postes importants au sein du cabinet Legault. Selon elle, les gens d’affaires possèdent des qualités importantes : « ils sont préoccupés par la productivité et axés sur les résultats ».