Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’entente avec Unifor permettrait de transformer l’installation CAMI de GM Canada à Ingersoll afin d’y construire des véhicules électriques commerciaux.
L’entente avec Unifor permettrait de transformer l’installation CAMI de GM Canada à Ingersoll afin d’y construire des véhicules électriques commerciaux.

Le secteur automobile ontarien se réjouit de l’entente de principe avec GM Canada

Tara Deschamps
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
TORONTO — L’entente de principe qui verrait General Motors Canada investir 1 milliard $ dans l’industrie automobile de l’Ontario pourrait accélérer la modernisation de l’économie de la province et lui permettre de maintenir sa production locale, selon une importante association canadienne du secteur manufacturier.

L’entente avec Unifor permettrait de transformer l’installation CAMI de GM Canada à Ingersoll afin d’y construire des véhicules électriques commerciaux.

Cette annonce est perçue comme une bouffée d’air frais pour le secteur automobile canadien, qui peine à conserver sa main-d’œuvre et à se défendre contre ses compétiteurs nord-américains depuis plusieurs années, selon Canadian Manufacturers and Exporters (CME).

« C’est une bonne nouvelle pour l’Ontario, pour les employés du secteur automobile et pour les entreprises dans la chaîne de montage de véhicules », s’est réjoui le président de l’association, Dennis Darby, dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne.

GM Canada avait porté un coup dur à l’industrie automobile de l’Ontario quand il avait fermé les portes de son usine d’assemblage à Oshawa, en décembre 2019. Environ 2600 personnes avaient alors perdu leur emploi.


« Depuis quelques années, la province a connu une baisse de production et cette nouvelle annonce aide à procurer une stabilité et de l’espoir pour ce sous-secteur manufacturier »
Dennis Darby, président de Canadian Manufacturers and Exporters

Unifor, des politiciens et même le musicien britannique Sting s’étaient opposés à la décision de fermer l’usine. GM Canada avait éventuellement fait volte-face en investissant 170 millions $ pour sauver plus de 300 emplois.

Depuis, des experts ont prédit qu’une transition vers les véhicules électriques et autonomes et les camions aiderait le Canada à concurrencer ses voisins du sud, les États-Unis et le Mexique.

Même si ces deux volets du secteur automobile canadien prospèrent depuis, le Canada est passé au dixième rang mondial des manufacturiers automobiles en 2017, selon Unifor. En 1999, le pays occupait le quatrième rang à ce chapitre.

« Depuis quelques années, la province a connu une baisse de production et cette nouvelle annonce aide à procurer une stabilité et de l’espoir pour ce sous-secteur manufacturier» a enchaîné M. Darby.

Le plan s’articule autour de la nouvelle division BrightDrop EV, annoncée plus tôt cette semaine au Consumer Electronics Show, qui propose d’améliorer l’efficacité et réduire l’impact écologique des entreprises de livraison et de logistique.

L’entente, si elle est acceptée, serait la dernière d’une série de succès de négociation pour Unifor, qui cherche à renforcer l’industrie automobile canadienne. Selon ses estimations, un influx total de 6 milliards $ découlerait de leurs récentes démarches.

Le syndicat a conclu des ententes avec GM Canada, Ford et Fiat Chrysler dans la dernière année. Elles incluent toutes un soutien financier du gouvernement provincial et fédéral.

« Cette annonce est un rappel important que l’économie ontarienne demeure concurrentielle, même durant ces temps difficiles », ont déclaré le premier ministre ontarien Doug Ford et le ministre provincial du Développement économique Vic Fedeli dans un communiqué.