Le niveau d'endettement des Canadiens ne cesse d'augmenter

TORONTO - Le niveau d’endettement des consommateurs canadiens a continué d’atteindre de nouveaux sommets au quatrième trimestre, même si 46 % des gens ont réduit leurs dettes personnelles, a indiqué lundi l’agence de surveillance du crédit Equifax Canada.

Dans son plus récent rapport sur les tendances de crédit à la consommation, l’agence précise que la dette moyenne des Canadiens a grimpé de 3,3 % pour atteindre 22 837 $ par personne.

La partie de la population qui a augmenté son niveau d’endettement, soit 37 %, l’a fait avec des sommes plus importantes, a-t-elle précisé.

Parmi les grandes villes du Canada, l’endettement par personne était toutefois de 17 444 $ à Montréal, de loin le plus faible au pays. La dette moyenne au Québec était la deuxième plus faible au Canada, à 19 123 $, légèrement supérieure à celle du Manitoba.

En tenant compte des hypothèques, la dette des consommateurs canadiens totalisait 1821 milliards $ au quatrième trimestre de 2017, ce qui représentait une augmentation de 6 % par rapport à celle de 1718 milliards $ de la même période en 2016.

Par rapport au quatrième trimestre de 2016, les secteurs des prêts à tempérament, des prêts automobiles et des hypothèques ont affiché des hausses de 10,3 %, de 6,5 % et de 6,2 % respectivement.

Le taux de délinquance de 90 jours et plus au Canada a baissé de 6,4 % par rapport à l’année précédente, tandis que les faillites à la consommation ont aussi diminué, de 1,7 %.

«Malgré la dette élevée, les paiements d’hypothèques sont généralement faits à temps, ce qui pourrait être attribuable au faible taux de chômage et aux taux d’intérêt sur les hypothèques et les prêts automobiles qui sont encore à un bas historique et à des niveaux raisonnables», a affirmé la directrice principale des aperçus décisionnels chez Equifax Canada, Regina Malina.

Ces nouveaux chiffres sont dévoilés alors qu’un groupe financier international détenu par les banques centrales du monde révélait que certains ratios calculés à partir des données sur le Canada trahissaient des signes avant-coureurs de risque potentiel pour son système financier dans les années à venir.

Selon le plus récent rapport de la Banque des règlements internationaux, le ratio du crédit au produit intérieur brut et celui du service de la dette laissent entrevoir certaines vulnérabilités.

Le groupe souligne cependant que ces indicateurs ne devraient pas être considérés comme des simulations de crise en bonne et due forme, mais comme une première étape dans le cadre d’une analyse plus large.