Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, à l’avant-plan, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, debout sur le véhicule de construction, ont voulu marquer la réouverture complète de l’ensemble des chantiers de construction et des entreprises manufacturières en présence de Jean-François Arbour (ACQ), Véronique Proulx (MEQ), Luc Gagnon (Construction Michel Gagnon), Daniel Boyer (FTQ) et Frédéric Gauthier (Construction Michel Gagnon).
Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, à l’avant-plan, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, debout sur le véhicule de construction, ont voulu marquer la réouverture complète de l’ensemble des chantiers de construction et des entreprises manufacturières en présence de Jean-François Arbour (ACQ), Véronique Proulx (MEQ), Luc Gagnon (Construction Michel Gagnon), Daniel Boyer (FTQ) et Frédéric Gauthier (Construction Michel Gagnon).

«Le mot d’ordre sur tous les chantiers sera: on continue de se protéger»

TROIS-RIVIÈRES — À l’occasion d’une visite au chantier de Construction Michel Gagnon Ltée à Trois-Rivières, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité, Jean Boulet, et le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, ont souligné lundi, avec un «enthousiasme contrôlé», la réouverture complète de l’ensemble des chantiers de construction et des entreprises manufacturières au Québec. 

Ainsi, tous les chantiers de construction ont repris leurs activités, soit les chantiers du résidentiel, de l’institutionnel, du commercial, de l’industriel ainsi que ceux du génie civil et de la voirie, incluant ceux du transport collectif et routier.

Outre l’industrie de la construction, les entreprises manufacturières de tout le Québec pourront aussi reprendre leurs activités, à condition de ne compter qu’un nombre maximal de 50 travailleurs, plus la moitié des employés excédentaires par quart de travail. Ces entreprises seront autorisées à reprendre leurs activités sans restriction à compter du 25 mai prochain.

«Le mot d’ordre sur tous les chantiers sera: on continue de se protéger. Notre gouvernement a travaillé en étroite collaboration avec la santé publique, les partenaires du milieu de la construction et la CNESST pour assurer la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs. Je m’attends à ce que le retour au travail se déroule dans l’ordre et dans le plus strict respect des mesures sanitaires prescrites par les autorités de la santé publique», a indiqué le ministre Boulet.

«Aujourd’hui, nous permettons l’ouverture de tous les chantiers de construction et toutes les entreprises manufacturières, une étape importante de la réouverture de notre économie. Ce redémarrage s’ajoute aux commerces de détail à l’extérieur de la CMM et devient essentiel, afin d’assurer au Québec un retour vers la prospérité. Nous sommes convaincus que cette relance s’effectuera dans le respect des consignes de distanciation physique émises par la santé publique et des protocoles de la CNESST», a renchéri le ministre Fitzgibbon, parlant d’un retour au travail pour quelque 450 000 personnes sur 1,2 million qui étaient en arrêt temporaire.

Les ministres Boulet et Fitzgibbon ont profité de leur visite pour encourager tous les travailleurs et tous les entrepreneurs pour leur retour au travail. Ils ont également rappelé l’importance de respecter les mesures sanitaires mises en place pour permettre la reprise des activités des chantiers de construction et des entreprises manufacturières en toute sécurité.

Rappelons que cette décision, appuyée par les autorités de la santé publique du Québec, est toutefois sujette à changement en fonction de l’évolution de la situation sanitaire au Québec.

Le ministre Jean Boulet a rappelé que les entreprises doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer une réouverture sécuritaire. Pour ce faire, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a préparé une trousse pour outiller les employeurs et les travailleuses et travailleurs pour prévenir les risques de propagation de la COVID-19 et pour assurer la santé et la sécurité de tous. Cette trousse est disponible sur le site de la CNESST.

Les 300 inspectrices et inspecteurs de la CNESST seront aux aguets et assureront une présence sur les chantiers pour faire respecter les consignes sanitaires du Guide COVID19 – Chantiers de construction. Ils peuvent intervenir en cas de plainte, de droit de refus ou d’accident du travail grave, en plus d’exiger la correction des situations dangereuses, d’assurer la conformité à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) et aux règlements et d’exiger la fermeture d’un chantier pour ceux qui ne respectent pas les règles.

«On ne veut pas être trop coercitif. On réalise que c’est en coopérant, en discutant, en trouvant des solutions qu’on s’améliore», ajoute le ministre Boulet.

Fait à noter, le personnel effectuant des tâches administratives dans l’industrie de la construction demeure en télétravail.

«C’est un grand jour pour le secteur manufacturier. La priorité, c’est la santé et la sécurité des travailleurs. On est vraiment prêt pour la relance. Ça va être un travail d’amélioration continue, tout n’est pas parfait», a commenté la présidente-directrice générale de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), Véronique Proulx.

Pour sa part, le président de la FTQ, Daniel Boyer, a aussi parlé d’une journée importante. «On a bien préparé les choses. C’est un grand coup, tout le secteur de la construction et tout le secteur manufacturier. On se doit d’être vigilant. Au-delà de la concertation au niveau national, il doit y avoir de la collaboration, de la concertation dans tous les milieux de travail, avec les employeurs, avec les travailleurs et les travailleuses, justement dans le but de mettre en place, de maintenir en place les mesures de sécurité, d’hygiène, de distanciation physique», a-t-il souligné. 

De son côté, le président de l’Association de la construction du Québec (ACQ), Jean-François Arbour, a réitéré l’importance de suivre toutes les consignes qui sont présentes dans les guides de la CNESST. «C’est une période trouble qu’on est en train de passer», avoue celui qui parle de pertes hebdomadaires de près d’un milliard de dollars par semaine qui sont rattachées à la mise sur pause.

Finalement, le représentant régional CSN Construction, Jacques Bernier, accueille cette reprise des activités avec «un bon espoir que tout le monde va y mettre du sien pour qu’on puisse passer au travers et que les normes soient bien appliquées sur différents chantiers», tout en souhaitant que les travailleurs du secteur de l’asphaltage aient accès à une toilette chimique.

«La priorité, c’est qu’on n’ait personne qui se ramasse avec un mort sur un chantier par négligence. Tout ce qu’on souhaite, c’est que ça aille pour le mieux et que l’économie redevienne ce qu’elle était et que tout le monde reste en santé», a-t-il conclu.