Selon la SCHL, le nombre d'appartements locatifs mis en chantier est supérieur à la demande dans la capitale provinciale.

Le marché immobilier présente toujours des « signes de conditions problématiques »

TORONTO - Le marché immobilier canadien présente toujours des « signes élevés de conditions problématiques », a affirmé mercredi la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) dans son rapport trimestriel sur l'évaluation du marché de l'habitation.
L'agence fédérale a précisé que les signes de surévaluation restaient « modérés » pour l'ensemble du pays, mais qu'ils étaient « élevés » pour les marchés de Toronto, Vancouver, Hamilton et Victoria.
Les marchés de Toronto et de Hamilton en particulier continuent de montrer des signes élevés de conditions problématiques en raison de l'accélération des prix, de la surévaluation et de surchauffe parce que la demande reste supérieure à l'offre dans les marchés de la location, de la revente et des maisons neuves. Selon le rapport, les signes de surchauffe sur le marché de Vancouver sont passés de faibles à modérés en raison de la forte demande pour les maisons en rangée et les appartements.
Entre-temps, le nombre de marchés présentant des signes de construction excessive est passé de six à sept, avec l'ajout de Québec. Selon la SCHL, le nombre d'appartements locatifs mis en chantier est supérieur à la demande dans la capitale provinciale. Les marchés des Prairies donnent toujours des signes modérés à élever de construction excessive.