Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le magasin Matériaux Bonhomme de Maniwaki a fermé définitivement ses portes lundi soir.
Le magasin Matériaux Bonhomme de Maniwaki a fermé définitivement ses portes lundi soir.

Le magasin Matériaux Bonhomme de Maniwaki ferme boutique

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une page d’histoire de la ville de Maniwaki, dans la Vallée-de-la-Gatineau, s’est tournée plus tôt cette semaine. Le magasin Matériaux Bonhomme, qui avait pignon sur la rue Saint-Patrice depuis 75 ans, a fermé définitivement ses portes lundi soir.

Les Entreprises P. Bonhomme en a fait l’annonce sur son site Internet et sur la page Facebook de sa succursale, le 20 juillet.

Les 12 employés qui travaillaient au sein du magasin ont été informés de la fermeture en fin de journée, lundi, indique le vice-président de l’entreprise, Michel Charest.

Ce dernier affirme au Droit que cette décision «longuement réfléchie» a dû être prise en raison du manque criant de main-d’œuvre qui a été accentué depuis les 16 derniers mois par la pandémie de COVID-19. Selon M. Charest, il était devenu impossible de continuer à opérer la succursale de Maniwaki qui accueillait des clients depuis 1946.

«On a failli à la tâche, lance le gestionnaire. On a dû à certains moments durant la pandémie fermer la succursale temporairement afin de laisser un peu de repos à nos gens. Quand on a rouvert, il y a un effet d’épuisement sur nos gens parce que nous étions toujours à court de personnel. Là, on arrive un peu à se sortir du contexte de pandémie, mais on réalise que la pénurie de main-d’œuvre, c’est vraiment criant et souligné à grands traits dans à peu près tous les commerces de la Haute-Gatineau. On a de la difficulté à Maniwaki au niveau du personnel, mais on a aussi de la difficulté au niveau de notre grand centre urbain d’Ottawa-Gatineau. On éprouve des problèmes de personnel à tous points de vue.»

«Pas facile pour personne»

M. Charest dit avoir eu beaucoup de mal à annoncer la nouvelle aux travailleurs en place. Matériaux Bonhomme est dans le paysage de Maniwaki depuis 75 ans et certains employés travaillaient au sein de l’entreprise depuis longtemps.


« J’ai encore de la difficulté à me convaincre que nous en sommes arrivés à cette décision. »
Michel Charest

Le commerce, qui vendait du bois d’œuvre, des matériaux de construction et qui offrait des services professionnels dans le secteur de la construction, était considéré comme une institution dans le village et dans la région.

«Il y avait de l’émotivité dans l’air. J’ai encore de la difficulté à me convaincre que nous en sommes arrivés à cette décision. C’est moi qui ai rencontré les employés lundi soir. On s’imagine mal l’impact sur les gens qui sont habitués de travailler très localement. Ce n’est pas facile pour personne. On ne voudrait jamais avoir à faire ça en tant que gens d’affaires, mais pour nous, c’est une décision de balancer les choses et d’essayer de repartir plus efficacement avec l’entreprise», a-t-il confié.

Toutes les commandes spéciales en attente seront respectées, a assuré le vice-président de l’entreprise. Huit des 12 employés pourront conserver leur emploi jusqu’à ce que les commandes en attente soient finalisées et que l’inventaire de l’entrepôt soit redistribué ailleurs vers le réseau.

Les employés qui ont manifesté le désir de travailler à la succursale de Gatineau pourraient quant à eux obtenir un transfert, a mentionné M. Charest.

Les Entreprises P. Bonhomme a des succursales à Gatineau, Aylmer, Buckingham et Papineauville, du côté québécois. Sur la rive ontarienne, on retrouve également des magasins de la chaîne à Ottawa, Limoges, Carleton Place et Rockland.