En janvier dernier, la candidature conjointe des villes d’Ottawa et de Gatineau en vue d’accueillir le deuxième siège social de la multinationale Amazon a été rejetée.

Le géant Amazon s’installerait à Ottawa

Le maire Jim Watson ne souhaite pas s’avancer pour l’instant sur la nouvelle, partagée par CBC, voulant que le géant américain du commerce en ligne Amazon compte créer 1000 emplois dans l’est de la capitale avec la construction d’un centre de distribution.

Selon les informations révélées vendredi par le diffuseur public, le député fédéral d’Orléans Andrew Leslie a confirmé que l’entreprise lorgnerait le marché ottavien avec un entrepôt d’environ un million de pieds carrés qui serait érigé sur un vaste site du chemin Boundary, à proximité de l’autoroute 417. Le bâtiment compterait près d’une centaine de quais de déchargement pour camions. 

« Évidemment, on accueille à bras ouverts n’importe quel investissement dans notre ville, mais je ne peux confirmer que c’est Amazon qui s’intéresse à ce site en particulier. C’est leur responsabilité de confirmer les nouvelles, et non la mienne. Mais c’est vraiment une priorité pour moi d’attirer plus d’emplois dans l’est de la ville. Comme vous le savez, le ratio d’emploi est significativement plus bas dans ce secteur, alors on fait des efforts pour que des entreprises s’y installent. Il y a beaucoup de gens qui habitent dans les secteurs Orléans et Cumberland, mais qui travaillent dans le centre-ville ou dans l’ouest », de dire le maire Watson. 

Contacté en début d’après-midi par Le Droit, le bureau du député Leslie sur la Colline du Parlement a indiqué que l’élu ne ferait pas d’autres commentaires que ceux qu’il a tenus sur les ondes de CBC. 

Rappelons qu’en janvier dernier, la candidature conjointe des villes d’Ottawa et de Gatineau en vue d’accueillir le deuxième siège social de la multinationale Amazon a été rejetée. Du total de 238 villes en lice, seules 20 ont été retenues. La seule ville canadienne toujours dans la course est Toronto. L’investissement de la multinationale aurait pu s’élever à cinq milliards $, en plus de générer la création de quelque 50 000 emplois. La ville sélectionnée sera annoncée plus tard cette année. 

Si la nouvelle se confirme, M. Watson affirme ne pas être déçu qu’il ne s’agisse pas d’emplois liés aux hautes technologies, lesquels la capitale tente d’attirer en grand nombre.

« Je pense que c’est nécessaire d’avoir un mélange de métiers dans la ville, une variété d’emplois. Ce n’est pas toujours possible d’attirer des entreprises de hautes technologies », a-t-il dit, ajoutant ne pas être inquiet par les répercussions qu’un tel centre pourrait avoir sur le trafic dans ce secteur.