Le réseau du détaillant compte désormais quelque 1160 magasins et l’objectif est d’en exploiter 1700 d’ici 2027.

Le fondateur de Dollarama ne reviendra pas comme président du conseil

MONTRÉAL - Le fondateur de Dollarama, Larry Rossy, ne renouvellera pas son mandat à la tête du conseil d’administration du détaillant, mais cette décision n’est pas synonyme d’un départ à la retraite définitif pour l’homme d’affaires de 75 ans.

«Mon père a simplement décidé de ralentir un peu», a lancé jeudi le président et chef de la direction de l’entreprise, Neil Rossy, au cours d’une conférence téléphonique.

En plus de continuer à afficher une croissance de ses profits, Dollarama a profité du dévoilement de ses résultats du quatrième trimestre pour annoncer quelques changements à son conseil d’administration et une expansion de son centre de distribution montréalais.

Ainsi, Larry Rossy sera remplacé par Stephen Gunn à la présidence du conseil après la prochaine assemblée annuelle des actionnaires prévue le 7 juin. M. Gunn est l’administrateur principal du détaillant depuis 2009. Kristin Williams Mugford a également été nommée administratrice.

«L’objectif est d’assurer une transition en douceur, a dit le patron de Dollarama. Puisque notre administrateur principal depuis 2009 présidera le conseil, cette transition aura été complétée.»

Larry Rossy, qui sera président émérite du conseil d’administration, avait cédé le poste de président et chef de la direction à son fils Neil il y a deux ans. Il demeurait impliqué, notamment en matière de gestion immobilière.

L’homme d’affaires continuera entre autres à agir comme mentor auprès de l’équipe de direction.

«Il a quand même été au bureau tous les jours de la semaine, a lancé aux analystes Neil Rossy. Je peux vous dire qu’il a travaillé six heures samedi dernier également. C’était donc une semaine de six jours pour lui. Tout est relatif quand on affirme qu’il veut ralentir.»

Les racines de Dollarama remontent à plus d’un siècle, lorsque Salim Rossy a ouvert le premier magasin S. Rossy en 1910, à Montréal. Son fils George lui succède en 1937, jusqu’à son décès en 1973.

Au cours des deux décennies suivantes, sous la gouverne de Larry Rossy, le nombre d’établissements passe de 20 à 44. Le premier magasin Dollarama voit le jour à Matane en 1992 et tous les articles y sont offerts à 1 $.

Le réseau du détaillant compte désormais quelque 1160 magasins et l’objectif est d’en exploiter 1700 d’ici 2027.

Lentement mais sûrement

Par ailleurs, M. Rossy a joué de prudence en rappelant que Dollarama allait commencer à vendre de la marchandise en ligne cette année aux consommateurs intéressés à acheter certains articles en grande quantité.

«Nous ne sommes pas des experts (en la matière)», a-t-il dit, laissant entendre que le service serait offert dans «une province ou deux» avant d’être déployé à l’échelle nationale.

Sauf pour quelques exceptions - M. Rossy a donné l’exemple de verres à vin - la majorité des articles qui sont actuellement offerts dans les magasins de Dollarama pourront être commandés en ligne.

Entre-temps, le détaillant s’apprête à agrandir d’environ 50 pour cent, à près de 500 000 pieds carrés, la superficie de son centre de distribution qui a pignon sur rue dans la ville de Mont-Royal, dans l’agglomération de Montréal.

Ces travaux devraient être terminés d’ici la fin de l’année civile 2019.

Attentes encore surpassées

Quant à sa performance financière lors de l’exercice terminé le 28 janvier, Dollarama a engrangé un bénéfice net de 162,8 millions $, ou 1,45 $ par action, en progression de 11,5 pour cent par rapport à il y a un an. Son chiffre d’affaires a affiché une croissance de 9,8 pour cent, s’établissant à 938,1 millions $.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur un bénéfice par action de 1,40 $ et sur des recettes de 936,4 millions $.

«Il s’agit du 13e trimestre consécutif où Dollarama a livré des résultats meilleurs qu’anticipés et les attentes sont toujours élevées à l’égard de ce meneur du secteur du commerce de détail», a souligné l’analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, dans un rapport.

Dans le but de rendre son titre accessible à un plus grand nombre d’investisseurs, le détaillant a annoncé une proposition de fractionnement d’action à raison de trois pour une.

En ce qui a trait à l’exercice, Dollarama a généré des profits de 519,4 millions $, ou 4,55 $ par action, en hausse de 16,6 pour cent, tandis que ses revenus ont grimpé de 10,2 pour cent, à 3,3 milliards $.

À la Bourse de Toronto, l’action de la société a clôturé à 156,58 $, en hausse de 1,33 $, ou 0,86 pour cent. Depuis son inscription en Bourse en 2009, Dollarama a vu son action s’apprécier de 1500 pour cent.