Le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise recevra des gens d'affaires de l'international

Les jeunes entrepreneurs québécois auront l’occasion d’échanger avec plus d’une centaine de dirigeants d’entreprise lors du prochain congrès du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD) Québec. Parmi ceux-ci, une trentaine proviendront de l’international, notamment de la France, de la Tunisie, de la Guinée, du Madagascar et de Monaco.

Du 30 mai au 1er juin prochain, le CJD Québec sera l’hôte d’un congrès de 48 h de formation « intensive », qui se déroulera au Fiddler Lake Resort, à Saint-Sauveur, dans les Laurentides. L’année dernière, le congrès CJD s’était tenu en France.

« Une année sur deux, le congrès se déroule en France et l’autre, chez nous au Québec », souligne Mélanie Du Perré Hakim, présidente du cabinet comptable LCLD Société de comptable professionnel et agréé.

Pour elle, le congrès est une opportunité unique en tant qu’entrepreneure.

« Ce sont deux jours de formation intensifs où on a la chance d’échanger en tant qu’entrepreneur sur les réalités et les enjeux que nous vivons, mais aussi de créer des liens et des opportunités de développement au-delà de notre région avec la gang de l’étranger », dit-elle.

Membre du CJD depuis un peu plus d’un an, Mme Du Perré Hakim affirme n’avoir « jamais connu un tel regroupement ».

« Je suis membre de la Chambre de commerce, membre des BNI (Business Network International), mais ça, c’est totalement différent. C’est vraiment fait sur mesure pour nous », explique-t-elle.

Selon elle, la confidentialité des échanges au sein du CDJ contribue à la force du groupe.

« Dans un réseau de gens d’affaires, on ne va pas se vanter de nos mauvais coups, avoue-t-elle en toute sincérité. Mais dans ces échanges-là, on est tous ensemble et on peut parler de nos défis. Quelqu’un qui a connu des défis similaires peut donc nous parler de sa situation et de ce qu’il a fait à court terme pour pallier à ces défis-là par exemple. »

Organisé sous le thème « Leadership inspirant », le Congrès se déroulera sous l’animation de Paul Turpin, entrepreneur de Gatineau et conseiller dans l’art de négocier des virages numériques.

Trois entrepreneurs à succès de la région formeront le panel d’ouverture pour échanger sur ce qu’est le leadership, soit le vice-président du conseil de Brookfield Asset Management, Richard Legault, le président de Comtech Solacom Technologies, Pierre Plangger, et l’entrepreneure, conférencière et mentore Nancy Raymond.

Le docteur en psychologie du sport et conférencier Sylvain Guimond, donnera une conférence sur le « leadership d’exception », le vendredi 31 mai.

L’écologie au rendez-vous

Cette année, l’écologie sera au rendez-vous au congrès du CJD. Dix actions vertes ont été adoptées par le CJD pour réduire son impact sur l’environnement et inspirer les dirigeants à l’action.

« Le congrès s’est engagé dans une démarche environnementale pour réduire son empreinte écologique, précise Marilou Brouillet, membre du CJD depuis de nombreuses années et experte en communication et marketing pour la firme ÉcoLead Communication. Par exemple, on va privilégier les fournisseurs locaux, servir des aliments de saison et se procurer des produits certifiés biologiques ou équitables. »

Le cofondateur de Jus Loop, David Côté, viendra expliquer comment réduire le gaspillage d’une façon profitable.

« Ils ont réussi à faire des jus à partir des déchets des restaurants, donc c’est totalement vert et c’est un beau modèle d’économie circulaire », indique de son côté Mélanie Du Perré Hakim.

Fondé en France en 1938, le CJD existe maintenant dans plus de 18 pays et compte plus de 5000 membres.

Le seul CJD au Canada siège en Outaouais.