Les différents partenaires du projet ont pris part à la première pelletée de terre du futur centre de production de cannabis médical de l’entreprise BetraLif, jeudi. Sur la photo, on retrouve, Martin Lacasse, président d’Inovaco, Robert Goulet, ancien maire de L’Ange-Gardien, Alain Descarreaux, directeur général de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, actuel maire de L’Ange-Gardien, Vincent St-Arnaud, cofondateur de BetraLif, Marc St-Arnaud, cofondateur, président et chef de direction de Betralif, et Av Singh, agronome en chef de l’entreprise.

Le cannabis médical pourra pousser à L’Ange-Gardien

Le producteur de cannabis médical BetraLif pourra aller de l’avant avec ses premières cultures au début 2020, à L’Ange-Gardien.

L’entreprise, anciennement connue sous le nom des Productions Joie Verte, a procédé jeudi matin à la première pelletée de terre de la phase 1 de ses installations prévues dans le parc d’affaires de L’Ange-Gardien, sur le chemin Industriel, en compagnie de représentants de la municipalité et des partenaires du projet.

Après plus de cinq ans et demi de planification et d’élaboration, la jeune société, qui a changé de nom « pour des raisons de marché » – BetraLif signifie « meilleure vie » en langue icelandaise –, a profité de l’occasion pour dévoiler les détails de son projet.

La première phase du complexe de BetraLif, qui entraînera la création de 15 emplois et qui nécessitera un investissement de 8 millions de dollars, consistera en la mise sur pied d’une salle blanche de 11 340 pieds carrés possédant une capacité de production annuelle de 668 kilogrammes de cannabis médical. Les premières récoltes de cannabis séché issues de cette nouvelle usine devraient être effectuées au printemps prochain.

BetraLif projette ensuite d’obtenir sa licence de production et de vente auprès de Santé Canada en juin 2020, après quoi une seconde phase de 17 000 pieds carrés de salles de floraison et d’extraction, avec une capacité de production annuelle de 2400 kilogrammes de cannabis, sera construite l’an prochain. Sa mise en exploitation est prévue pour le début 2021. Vingt-cinq travailleurs de plus seront embauchés à l’intérieur des murs du producteur une fois ces nouveaux ajouts en place.

Au terme de la troisième et dernière phase attendue en 2021-2022, ce seront plus de 100 emplois qui seront créés. La superficie du complexe de production de BetraLif atteindra alors plus de 148 000 pieds carrés.

BetraLif, qui se spécialisera dans la production de cannabis, l’extraction et la fabrication d’huile de cannabis, misera sur un environnement de culture différent des autres grands joueurs du marché, a précisé le président cofondateur et chef de direction de l’entreprise, Marc St-Arnaud, lors de la conférence de presse, jeudi.

« On fera une culture en terre vivante et non dans un système hydroponique. Le produit comme tel va être différent puisque nous allons travailler avec une terre vivante. C’est un produit qui sera axé vers un usage médical, thérapeutique et pharmaceutique », a expliqué M. St-Arnaud.

L’entreprise prévoit notamment revendre ses produits aux entreprises pharmaceutiques qui pourront en faire une troisième transformation. Lorsque la troisième phase sera opérationnelle, des produits animaliers destinés à l’usage vétérinaire et des produits cosmétiques pourront être fabriqués à même le cannabis poussé en terre à l’intérieur du mégacentre de production du chemin Industriel.

Une usine bien accueillie

Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, a salué l’arrivée du producteur dans sa municipalité.

« Ça représente, économiquement, une bonne nouvelle puisque ça vient ajouter à notre parc d’affaires une possibilité de 100 nouveaux emplois. C’est excellent […] pour accueillir des nouveaux travailleurs et probablement des nouveaux résidents. La municipalité de L’Ange-Gardien devient un peu moins dortoir », a commenté M. Louis-Seize.

Selon le document résumé du projet, le centre de production de cannabis médical de BetraLif devrait générer des revenus de l’ordre de 80 millions de dollars en 2023, une fois que les trois phases seront pleinement opérationnelles.