Le bitcoin a été créé dans l’espoir d’offrir une nouvelle sorte de monnaie, indépendante des banques et des États, que la population pourrait utiliser à l’extérieur du système bancaire traditionnel. Il devait aussi échapper à la supervision du gouvernement, ce qui a fait craindre qu’il n’attire les criminels.

Le bitcoin s’envole

NEW YORK — Est-ce que le bitcoin est une bulle? Le prix d’un bitcoin est passé d’environ 11 000 $ US la semaine dernière à plus de 17 000 $US, après avoir commencé l’année sous la barre des 1000 $US, selon Coindesk.

Cette flambée irrationnelle porte plusieurs experts à conclure à une folie des investisseurs, une folie semblable à celle qui avait fait exploser la valeur de petites compagnies internet à l’époque du « dotcom ». Ces prix se sont éventuellement effondrés.

« On a vu ça dans les années 90, prévient Barry Ritzholtz, le président de la firme Ritzholtz Wealth Management. Est-ce que ça vous sonne une cloche ? “C’est unique et ça va tout changer ?” »

Comme plusieurs autres experts de la finance, M. Ritzholtz anticipe un éclatement de cette bulle. Reste simplement à savoir quand.

Deux économistes lauréats d’un prix Nobel qui n’en sont pas à leur première folie, Robert Shiller et Joseph Stiglitz, ont récemment qualifié le bitcoin de « bulle ». M. Stiglitz a même suggéré publiquement que cette cryptomonnaie soit interdite.

Le bitcoin a été créé dans l’espoir d’offrir une nouvelle sorte de monnaie, indépendante des banques et des États, que la population pourrait utiliser à l’extérieur du système bancaire traditionnel. Il devait aussi échapper à la supervision du gouvernement, ce qui a fait craindre qu’il n’attire les criminels.

Contrairement aux monnaies traditionnelles, le bitcoin n’est pas appuyé par un État, il n’a pas de banque centrale ou de taux d’intérêt ou de longue histoire de transactions face à d’autres devises, ce qui rend très difficile l’évaluation de sa valeur. Celle-ci dépend uniquement de ce que les gens croient qu’elle vaut à un moment précis.

En dépit de ce nouvel engouement, le bitcoin n’est toujours pas accepté par la plupart des marchands et il est impossible de le déposer à la banque, notamment parce que sa valeur ne cesse de connaître des fluctuations parfois vertigineuses.

Les partisans du bitcoin estiment que le moment est venu de disposer d’une nouvelle monnaie qui peut être échangée de manière privée et sécuritaire. On compte parmi ses défenseurs deux investisseurs internet, Cameron et Tyler Winklevoss.

Si la valeur du bitcoin est possiblement trop gonflée, certains croient que la technologie qui le sous-tend est prometteuse. Cette technologie, la chaîne de blocs, est une sorte de « grand livre électronique » qui enregistre les transactions de manière sécuritaire et empêche un bitcoin d’être dépensé deux fois.

Jaime Daimon, le patron de la banque JPMorgan Chase, croit que le bitcoin est une « fraude » qui finira par « exploser ». Il estime toutefois que la technologie de la chaîne de blocs est « bonne » et qu’elle pourrait être utilisée pour rendre les transactions plus rapides et plus sécuritaires.