La Scotia a affiché un bénéfice net de 1,98 milliard $ pour son trimestre clos le 31 juillet, soit 1,50 $ par action, comparativement à un profit de 1,94 milliard $, ou 1,55 $ par action, pour le même trimestre un an plus tôt.

Le bénéfice de la Banque Scotia grimpe de 2,3 % à 1,98 milliard $ au 3e trimestre

TORONTO - La Banque Scotia a annoncé mardi une hausse de son dividende, après avoir dévoilé des résultats du troisième trimestre supérieur aux attentes. La croissance des activités bancaires internationales de la banque a été en partie contrebalancée par les coûts de ses acquisitions et de ses cessions, ainsi que les plus faibles profits de sa division des services bancaires et marchés mondiaux.

Le prêteur torontois a indiqué que son dividende trimestriel aux actionnaires ordinaires grimperait de 3 cents pour atteindre 90 cents par action.

La Scotia a affiché un bénéfice net de 1,98 milliard $ pour son trimestre clos le 31 juillet, soit 1,50 $ par action, comparativement à un profit de 1,94 milliard $, ou 1,55 $ par action, pour le même trimestre un an plus tôt.

Sur une base ajustée, la banque a indiqué avoir engrangé 2,455 milliards $, ou 1,88 $ par action, en regard du profit ajusté de 2,26 milliards $, ou 1,76 $ par action, pour la même période en 2018.

Les analystes misaient en moyenne sur un bénéfice ajusté de 1,85 $ par action pour le plus récent trimestre, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Le chef de la direction de la Scotia, Brian Porter, a souligné dans un communiqué de presse les «progrès remarquables» réalisés au cours du trimestre pour repositionner la banque et simplifier ses activités, notamment avec la cession de ses activités à Porto Rico et aux Îles Vierges américaines.

«Nous sommes donc mieux positionnés sur nos principaux marchés pour poursuivre notre croissance.»

Les activités bancaires canadiennes de la Scotia ont affiché un bénéfice de 1,160 milliard $ au cours du trimestre, en hausse par rapport à 1,130 milliard $ l’an dernier. Elles ont été stimulées par la croissance des actifs et des dépôts, ainsi que par les acquisitions, des gains qui ont été partiellement contrebalancés par de plus importantes charges autres que d’intérêt et par la provision pour pertes sur mauvaises créances. La banque a aussi récolté de plus faibles gains de la vente d’actifs immobiliers, ce qui atténué de deux pour cent la croissance du résultat.

Le secteur des opérations internationales de la Scotia a réalisé un profit attribuable aux détenteurs de part de 781 millions $, comparativement à 519 millions $ un an plus tôt, alimenté par une plus forte croissance des prêts dans la région de l’Alliance du Pacifique, par de plus forts revenus autres que d’intérêt, et par l’incidence positive de la conversion des devises étrangères.

Du côté de la division des services bancaires et marchés mondiaux, les profits ont atteint 374 millions $, un chiffre en baisse par rapport à celui de 441 millions $ de la même période l’an dernier.

Les provisions pour pertes sur mauvaises créances ont totalisé 713 millions $ au cours du trimestre, ce qui est moindre que les provisions de 943 millions $ du troisième trimestre de l’exercice précédent.

Le ratio des fonds propres de catégorie 1, une mesure clé de la santé financière des banques, s’est amélioré à 11,2 à la fin du plus récent trimestre, en hausse d’environ 10 points de base par rapport au dernier jour du trimestre précédent.