Le bénéfice du quatrième trimestre a diminué en raison de divers éléments non récurrents, notamment le coût d’un programme de cartes-cadeaux de 25 $ pour les consommateurs de Loblaw.

Le bénéfice de George Weston plonge de 66%

La société George Weston a lancé un plan de transformation pluriannuel au cours de son plus récent trimestre et ses profits ont chuté des deux tiers dans les derniers mois d’un exercice qui aura été particulièrement difficile pour elle.

«Weston Foods a connu une année difficile en 2017 et nous avons reconnu avoir besoin d’accélérer la mise en place de changements», a affirmé vendredi le chef de la direction, Galen Weston, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

«Et conséquemment, nos activités ont entrepris un ambitieux plan de transformation de trois ans», a-t-il ajouté.

Le plan, entamé en novembre, comprend la restructuration de l’organisation et la simplification des activités, a expliqué Luc Mongeau, président de la division Weston Foods.

«Cela va mieux nous positionner pour notre future croissance et produire un canal fiable et croissant de bénéfices», a-t-il ajouté, précisant que l’entreprise observait déjà des résultats encourageants grâce à la restructuration des activités. Les changements comprennent notamment le passage à une seule équipe de ventes.

Le bénéfice du quatrième trimestre a diminué en raison de divers éléments non récurrents, notamment le coût d’un programme de cartes-cadeaux de 25 $ pour les consommateurs de Loblaw - un geste de bonne foi pour se faire pardonner sa participation à un stratagème de fixation des prix du pain, qui a touché l’ensemble de l’industrie.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de George Weston a reculé à 28 millions $, soit 22 cents par action, pour son plus récent trimestre. En comparaison, il avait été de 82 millions $, ou 64 cents par action, au quatrième trimestre de 2016.

En excluant certains éléments, le bénéfice ajusté de George Weston a grimpé de 24 millions $ à 228 millions $, ou 1,78 $ par action.

Les analystes attendaient un bénéfice ajusté de 1,67 $ par action, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Les résultats de George Weston ont été affectés par son aveu, ainsi que celui de sa principale filiale, Loblaw, d’avoir participé au cartel du pain pendant au moins 14 ans et enfreint la Loi sur la concurrence.

Les cartes-cadeaux offertes aux clients de la chaîne de supermarchés ont réduit le profit du quatrième trimestre de George Weston de 39 millions $, soit 30 cents par action.

Les résultats ont aussi été minés par des coûts de 75 millions $, ou 58 cents par action, liés au regroupement des programmes de fidélisation des épiceries Loblaw et des pharmacies Shoppers Drug Mart (les bannières Provigo et Pharmaprix au Québec) sous la marque PC Optimum. D’autres coûts de restructuration ont totalisé 78 millions $, soit 61 cents par action.

Ces charges non récurrentes ont été partiellement contrebalancées par des éléments favorables liés à des dépréciations d’actifs, des changements fiscaux et une entente au sujet de la vente prochaine de 9,6 millions d’actions ordinaires, précédemment annoncée.

Les ventes de George Weston ont reculé d’un pour cent à 11,4 milliards $, par rapport à 11,5 milliards $ un an plus tôt.

Ces résultats étaient «légèrement meilleurs» que ceux attendus, grâce à la performance de Loblaw, a expliqué son chef de la direction.