L’Association canadienne de l’immeuble a relevé ses prévisions de ventes de maisons pour l’année en cours, le marché étant soutenu par de bonnes données économiques fondamentales et par une baisse des taux hypothécaires.

L’Association canadienne de l’immeuble relève ses prévisions de vente pour 2019

L’Association canadienne de l’immeuble a relevé ses prévisions de ventes de maisons pour l’année en cours, le marché étant soutenu par de bonnes données économiques fondamentales et par une baisse des taux hypothécaires.

Cette amélioration des perspectives survient alors que les ventes de logement ont progressé de cinq pour cent en août, par rapport au même mois l’an dernier, selon les données dévoilées lundi par l’ACI.

L’organisation a prédit que les ventes nationales de maisons devraient atteindre 482 000 unités cette année, ce qui représenterait une hausse de cinq pour cent par rapport à 2018.

En juin, l’ACI prévoyait que les ventes augmenteraient de 1,2 pour cent pour se chiffrer à 463 000 cette année.

«Bon nombre des facteurs économiques fondamentaux qui sous-tendent l’activité dans le secteur du logement demeurent solides à l’extérieur des Prairies et de Terre-Neuve-et-Labrador», a indiqué l’ACI dans un communiqué.

«Plus important encore pour les acheteurs de maisons et les marchés du logement: les taux hypothécaires à long terme ont connu une baisse. Parmi ceux qui ont diminué, on note le taux de référence sur cinq ans de la Banque du Canada utilisé par les banques pour déterminer l’admissibilité des demandeurs d’hypothèque.»

Les ventes de logements ont fléchi l’an dernier, après qu’Ottawa a décidé de resserrer les règles d’admissibilité aux prêts hypothécaires au début 2018 et que les taux d’intérêt hypothécaires ont grimpé.

Cependant, les taux hypothécaires fixes ont commencé à baisser plus tôt cette année et ont contribué à alimenter une reprise des ventes de maisons.

En août, les ventes de maisons ont augmenté dans la plupart des marchés les plus importants du pays, y compris dans le Lower Mainland de la Colombie-Britannique, à Calgary, à Winnipeg, dans la région du Grand Toronto, à Ottawa et à Montréal.

Robert Kavcic, économiste principal chez BMO Marchés des capitaux, a souligné qu’un solide marché de l’emploi et que les flux de population persistaient dans la majeure partie du pays, ce qui avait été amplifié par la baisse des taux hypothécaires fixes sur cinq ans depuis la fin de 2018.

«Cet élan devrait se poursuivre à l’automne», a écrit M. Kavcic dans un rapport.

D’un mois à l’autre, les ventes de maisons ont augmenté de 1,4 pour cent en août, ce qui représente une sixième hausse consécutive.

Les ventes ont augmenté dans un peu plus de la moitié de tous les marchés locaux, les gains ayant été menés principalement par Winnipeg et une amélioration dans la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique.

Le prix moyen national réel d’une maison vendue en août était d’environ 493 500 $, en hausse de près de quatre pour cent par rapport au même mois de l’année dernière.

En excluant les régions du Grand Toronto et du Grand Vancouver, le prix moyen national était inférieur à 393 000 $, tandis que la hausse d’une année à l’autre était de 2,7 pour cent.