Les ventes de maisons se sont dénombrées à 533 353 en 2016, mais ont diminué à 452 189 l’année dernière. En 2021, les ventes pourraient se situer entre 498 500 et 519 100, a indiqué la SCHL.

La SCHL s’attend à plus de stabilité sur le marché immobilier d’ici deux ans

La Société canadienne d’hypothèques et de logement s’attend à voir une reprise du marché de l’habitation dans les deux prochaines années, pour faire suite aux déclins enregistrés dans la construction, les ventes et les prix des logements.

Dans ses perspectives annuelles du marché de l’habitation dévoilées jeudi, l’agence fédérale souligne que les mises en chantier devraient se situer autour de 200 000 unités lors des deux prochaines années. Ce chiffre est supérieur à celui de 194 000 attendu pour cette année, mais reste inférieur à celui de près de 220 000 enregistré en 2017, un record pour les 10 dernières années.

«Selon les prévisions, les mises en chantier d’habitations en 2020 et 2021 se stabiliseront à des niveaux conformes aux moyennes à long terme», a affirmé l’économiste en chef de la SCHL, Bob Dugan. «Les deux années précédentes, elles avaient diminué par rapport aux niveaux élevés de 2017.»

Les ventes de maisons, qui diminuent depuis 2016, devraient augmenter dans les deux prochaines années, et les prix devraient les imiter, a poursuivi M. Dugan.

«Sur le marché de la revente, les transactions et les prix devraient se remettre entièrement des baisses récentes, grâce au soutien de la croissance du revenu et de la population.»

Les ventes de maisons se sont dénombrées à 533 353 en 2016, mais ont diminué à 452 189 l’année dernière. En 2021, les ventes pourraient se situer entre 498 500 et 519 100, a indiqué la SCHL.

Le prix moyen des maisons a atteint 511 830 $ en 2017, mais il devrait se situer autour de 488 000 $ cette année. La SCHL calcule que le prix moyen pourrait se situer entre 539 800 $ et 569 600 $ d’ici 2021.

L’Ontario et la Colombie-Britannique devraient être les principaux moteurs de la croissance des ventes, puisque le revenu disponible y grimpe au-dessus de la moyenne nationale. En revanche, la croissance des prix devrait être plus forte en Ontario et au Québec, ainsi que, dans une certaine mesure, en Colombie-Britannique.

La croissance des ventes et des prix devrait se produire à mesure que la croissance économique reprendra au cours des deux prochaines années, et la population canadienne devrait atteindre 38,3 millions d’habitants d’ici à 2021. Cela représenterait 713 000 personnes de plus qu’en 2019, et une augmentation de 2,17 millions de personnes par rapport à 2016.

La SCHL a aussi lancé un avertissement au sujet des tensions commerciales et de l’endettement élevé des ménages, faisant valoir qu’ils représentent toujours des risques pour l’économie et la stabilité du marché du logement.

Elle a ajouté qu’une hausse plus importante que prévu des taux d’intérêt ou du taux de chômage pourrait exercer des contraintes budgétaires encore plus importantes sur les ménages très endettés, «ce qui exercerait des pressions à la baisse sur l’économie et le marché de l’habitation».