Les députés conservateurs de la région de Québec, Pierre-Paul Hus, Gérard Deltell et Joël Godin fustigent la forme actuelle de la Prestation Canadienne d’Urgence Étudiante (PCUE).
Les députés conservateurs de la région de Québec, Pierre-Paul Hus, Gérard Deltell et Joël Godin fustigent la forme actuelle de la Prestation Canadienne d’Urgence Étudiante (PCUE).

La PCUE nuit à la relance économique, critiquent les députés conservateurs de Québec

Les députés conservateurs de la région de Québec, Pierre-Paul Hus, Gérard Deltell et Joël Godin fustigent la forme actuelle de la Prestation Canadienne d’Urgence Étudiante (PCUE) qui, disent-ils, mine la relance des entreprises.

«Le gouvernement Trudeau prolonge des programmes de non-emploi plutôt que d’aider les entreprises dans l’embauche et la production, reproche Gérard Deltell, à l’occasion d’un bilan de la session parlementaire devant la presse, vendredi. Il incite les gens à rester chez eux plutôt qu’à retourner au travail.» 

Le principal problème, pour les députés conservateurs, c’est la PCUE. Selon un tableau compilé pour l'événement de presse, travailler 18 heures par semaine au salaire minimum et en touchant la PCUE rapporterait près de 100$ de plus à la fin du mois qu’en travaillant à temps plein.

«Il y a de l’incohérence et des retards dans l’application des programmes et ça nuit à la relance économique, ajoute Joël Godin. Incohérence quand on constate un taux de chômage de 13.7% au Québec et de nombreuses PME qui sont incapables de combler les postes vacants.» 

Parmi les retards, le programme Emploi Été Canada serait en faute: des organismes attendent toujours une confirmation des emplois, selon les députés conservateurs, alors que les étudiants ont déjà terminé leur année scolaire. 

Deltell veut « l’heure juste » sur le pont de Québec

Le député Gérard Deltell a par ailleurs interpellé directement le député libéral de Québec et président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, sur le dossier du pont de Québec. Un rapport était attendu pour le 13 mars dernier. «On comprend très bien qu’en mars, on n’avait pas la tête à ça, dit le député de Louis-Saint-Laurent. Mais là, nous sommes rendus en juin et, toujours rien. Je vous rappelle qu’il y a cinq ans, en pleine campagne électorale les libéraux ont dit qu’ils allaient régler le problème le 30 juin 2016. On est en 2020.»

Gérard Deltell reproche au gouvernement Trudeau d'inciter «les gens à rester chez eux plutôt qu’à retourner au travail» avec la prolongation de la PCU. 

Le rapport doit être rédigé par le négociateur Yves Charest, ancien patron d’Industrielle Alliance. «Où est ce rapport? S’il a été déposé, il doit être rendu public», insiste Gérard Deltell.

L’enquête oubliée de Marylène Lévesque

Membre du comité de sécurité publique, le député Pierre-Paul Hus dit avoir profité d’une réunion pour s’enquérir de l’état de l’enquête interne sur le dossier Marylène Lévesque, cette jeune femme assassinée par un récidiviste en libération conditionnelle, auprès de la présidente de la Fraternité des cadres agents de la paix et des services correctionnels du Québec, Annie Côté. Il dit avoir eu une réponse évasive. «J’ai semblé lui poser une question qui sortait de nulle part, indique Pierre-Paul Hus. Nous devons avoir des réponses sur le dossier de Marylène Lévesque. Si le gouvernement Trudeau déclenche des élections à l’automne, soyez assuré que le travail fait jusqu’à maintenant restera dans le brouillard et les réponses n’arriveront plus», craint-il.

Plus de transparence dans les finances publiques

Toujours dans son interpellation de Jean-Yves Duclos, le député Gérard Deltell a réclamé plus de transparence sur l’état actuel du déficit et des dépenses publiques. «Comme président du Conseil du trésor, Jean-Yves Duclos voit chaque jour l’argent qui rentre et qui sort, relate-t-il. Depuis le début de la pandémie, il a été incapable de donner précisément des chiffres.» 

Le 8 juillet prochain, le gouvernement Trudeau doit dévoiler le portrait économique du pays. «Ce n’est pas une mise à jour économique c’est un snapshot, selon les mots de Bill Morneau (NDLR : ministre des Finances)», déplore Gérard Deltell.