Les jeux en ligne d’aujourd’hui offrent d’innombrables défis et expériences immersives, mais la plupart donnent également aux joueurs la possibilité de discuter en direct avec leurs coéquipiers et d’échanger des messages pendant le jeu.
Les jeux en ligne d’aujourd’hui offrent d’innombrables défis et expériences immersives, mais la plupart donnent également aux joueurs la possibilité de discuter en direct avec leurs coéquipiers et d’échanger des messages pendant le jeu.

La pandémie change l’image des jeux vidéo

L’image sombre et stéréotypée du joueur de jeux vidéo solitaire et isolé socialement s’efface rapidement.

Alors que la pandémie de COVID-19 oblige les gens coincés à la maison à trouver de nouvelles activités, on a observé une augmentation des jeux en ligne — et une prise de conscience croissante du fait que ces jeux peuvent contribuer à la création de liens et à l’esprit de communauté, selon des experts.

Le changement de perception était inévitable, explique Kristopher Alexander, professeur de jeux vidéo à l’Université Ryerson à Toronto.

«Ce que cette pandémie a fait a été de mettre en évidence certains des aspects les plus positifs des jeux vidéo qui font souvent défaut dans les médias», explique M. Alexander, qui se spécialise dans la conception de jeux vidéo, les sports électroniques et la diffusion.

Les jeux en ligne d’aujourd’hui offrent d’innombrables défis et expériences immersives, mais la plupart donnent également aux joueurs la possibilité de discuter en direct avec leurs coéquipiers et d’échanger des messages pendant le jeu.

De plus, les personnes qui participent à des jeux multijoueurs sont souvent tenues de coopérer pour atteindre un objectif, ce qui contribue à créer une raison d’être et un sentiment d’appartenance.

«La pandémie a suscité un nouveau type de sensibilisation envers les jeux vidéo, en particulier en ce qui concerne la façon dont ils peuvent nous aider à nous connecter avec nos familles, nos amis et nos communautés traditionnellement hors ligne», explique M. Alexander, qui, à l’adolescence, était classé 17e au monde parmi les joueurs du jeu vidéo Street Fighter 3.

La chercheuse en jeux vidéo Rachel Kowert croit que la perception du joueur comme une personne antisociale n’a jamais été basée sur la réalité.

«Rien n’indique que les gens qui jouent à des jeux en ligne sont moins compétents socialement que ceux qui ne le font pas», a-t-elle déclaré en entrevue.

Mme Kowert, qui réside à Ottawa, affirme que des jeux bien conçus aident les joueurs à répondre à trois besoins fondamentaux liés à une bonne santé mentale: la compétence, l’autonomie et les rapports sociaux.

Les récentes restrictions imposées à notre vie sociale, notamment l’éloignement physique et l’auto-isolement, ont court-circuité notre capacité à répondre à ces besoins.

«Nous ne pouvons pas aller où nous voulons aller, nous n’avons aucun contrôle sur la pandémie et nous sommes socialement distants», a déclaré Mme Kowert, qui travaille pour Take This, un organisme sans but lucratif établi à Washington visant à favoriser une bonne santé mentale dans la communauté des joueurs.

Les jeux en ligne avec la famille, les amis et les étrangers peuvent offrir aux joueurs un sentiment d’accomplissement, des choix pratiquement illimités et un sentiment de connexion grâce à une communication en temps réel qui n’est pas toujours axée sur le jeu.

Même certains des critiques les plus francs de l’industrie ont reconnu que le jeu peut jouer un rôle clé pour garder les gens connectés pendant la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé, qui a fréquemment lancé des signaux d’alarme concernant une utilisation excessive des jeux vidéo, a récemment annoncé son soutien à une initiative de l’industrie qui encourage les joueurs à «jouer séparément ensemble» ( #PlayApartTogether).

«Je ne suis pas surpris que l’OMS ait modifié sa position sur le jeu», a déclaré M. Alexander. «Les gens doivent maintenant regarder la richesse de ce médium [...] Le changement de leur position vient de l’éducation.»