Le propriétaire de la Maison Bisson à Gatineau, Alain Bisson, avoue que la fermeture de sa boutique le dimanche fait le plus grand bien à ses employés.
Le propriétaire de la Maison Bisson à Gatineau, Alain Bisson, avoue que la fermeture de sa boutique le dimanche fait le plus grand bien à ses employés.

La Maison Bisson restera fermée les dimanches de mai

Le propriétaire de la Maison Bisson à Gatineau change son fusil d’épaule concernant la fermeture obligatoire des épiceries le dimanche en avril et annonce qu’il fermera sa boucherie spécialisée et épicerie fine les dimanches en mai, question de se donner un repos et d’accorder un répit bien mérité à ses employés.

Alain Bisson s’était opposé à la décision de Québec d’imposer la fermeture des commerces et épiceries les dimanches d’avril afin de freiner la propagation de la COVID-19 et pour donner un congé aux employés. Il avait plaidé notamment les pertes de revenus associées à une telle mesure.

M. Bisson a indiqué mardi sur la page Facebook de son entreprise avoir constaté une affluence marquée vers les commerces d’alimentation de proximité depuis le début de la crise, imposant une surcharge de travail énorme aux employés.

«Le gouvernement l’a bien compris en exigeant la fermeture temporaire les dimanches. Nous avons tous été surpris de la nouvelle, mais tout comme vous, nous nous sommes adaptés et avons su bien profiter de cette journée pour vivre en famille ce moment de répit !», a expliqué Alain Bisson dans un message à sa clientèle.

C’est donc sans savoir si le gouvernement prolongera la mesure pour le mois de mai que M. Bisson maintiendra les portes de son entreprise du secteur de l’alimentation closes les dimanches en mai. En entrevue au Droit, il a indiqué que d’autres commerçants embarquent dans le mouvement.

«Nous avons mis en place une série de mesures comme le plexiglas, le lavage du comptoir de caisse après chaque client, du paiement par Interac, des paniers ainsi que la surveillance des clients qui entrent dans le magasin pour nous assurer qu’il n’y a pas plus que cinq clients en même temps dans le magasin, et il y a toujours 7-8 personnes en ligne. C’est comme ça depuis la fermeture les dimanches, et là on est contents de fermer le magasin le samedi soir», a partagé M. Bisson au Droit.

«C’est très dur pour les employés, et en effet j’ai décidé de prolonger ça au mois de mai sans savoir si M. Legault le fera ou non. Je me suis dit qu’il faut que je fasse ça pour mes employés. C’est important de se remettre un peu plus à notre vie familiale», a continué M. Bisson, tout en précisant qu’il a reçu de très bons commentaires de sa clientèle relativement à sa décision de fermer les dimanches de mai.

M. Bisson songe fortement à laisser son commerce du secteur du Plateau fermé les dimanches après le mois de mai, toujours pour accorder du repos à ses ouailles.

«Si on veut garder la qualité et le service au niveau que je veux, à un moment donné on n’a pas le choix et il faut couper quelque part, et on va couper le dimanche. On va travailler avec ça. Les employés ont bien accueilli ça», a indiqué M. Bisson.

M. Bisson craignait devoir sabrer des heures de travail à ses employés à temps partiel en raison de la fermeture les dimanches en avril. Il s’est retrouvé à leur en donner plus qu’auparavant.