La Fromagerie de Montebello a notamment remporté un Prix Caseus, en 2018, pour son fromage à pâte molle l’Adoray.

La Fromagerie de Montebello victime de son succès

Victime de la popularité de ses produits faits entièrement à la main, la Fromagerie de Montebello, basée dans la Petite-Nation, n’aura d’autre choix que de se tourner vers la mise en place d’équipement automatisé dès l’été prochain afin de répondre à la demande croissante de la clientèle.

C’est ce qu’affirme le président et fondateur de l’entreprise, Alain Boyer, qui a récemment procédé au rachat de ses trois partenaires actionnaires, grâce à une aide financière de 225 000$ des Fonds régionaux de solidarité FTQ Outaouais annoncée en début de semaine.

La fromagerie basée sur la rue Notre-Dame, à Montebello, a remporté un Prix Caseus, en 2018, pour son fromage à pâte molle l’Adoray. Ce produit, sanglé de bois d’épicéa et concocté à base de lait de vache pasteurisé, figure encore parmi les finalistes de la prestigieuse compétition cette année, a-t-on appris la semaine dernière. Au total, 58 produits à travers le Québec sont en nomination.

Alain Boyer, qui est maintenant maître à bord de son entreprise fondée en 2011, soutient être prêt à voler de ses propres ailes.

« J’avais des partenaires extraordinaires qui m’ont beaucoup aidé, mais c’était mon rêve de devenir actionnaire à 100 % et d’avoir mon propre succès d’entrepreneur », dit-il à propos du rachat de ses partenaires.

Cumulant de multiples honneurs récoltés au fil des ans grâce à ses différentes gammes de fromage, la Fromagerie de Montebello a percé le marché d’Ottawa et de Toronto au cours de la dernière année. On retrouvait déjà les produits de la fromagerie dans plus de 300 points de vente au Québec, de même que dans l’Est ontarien.

Avec une équipe d’une vingtaine d’employés et un emplacement restreint, l’entreprise peine maintenant à répondre à la demande, souligne M. Boyer.

La production du fromage bleu Rébellion 1867 vient d’ailleurs d’être suspendue et on retrouvera maintenant le cheddar uniquement au comptoir de Montebello puisque M. Boyer veut concentrer ses efforts sur l’Adoray et la Tête à Papineau. La production d’Adoray est d’ailleurs passée de 5000 à 12 000 meules par mois, depuis janvier dernier. Pour la Tête à Papineau, ce fromage à pâte demi-ferme qui a récolté plusieurs distinctions depuis 2012, la production a grimpé de 32 %, depuis la dernière année.

« L’entreprise prend son envol vraiment bien. La prochaine étape, c’est d’entrer dans la grosse ligue. Il faudra agrandir et équiper la fromagerie avec des salles d’affinage automatisée. On vise juin ou juillet 2020. Côté efficacité opérationnelle et technologique, on n’aura pas le choix de se tourner vers l’automatisation. Sinon, je ne peux pas apporter l’entreprise plus loin que ça. La main-d’œuvre et le fait qu’on fasse nos fromages manuellement de A à Z vont me freiner », affirme le fromager d’expérience.

Les récipiendaires de la Sélection Caseus 2019 seront dévoilés le 11 septembre prochain.