Geneviève Guilbault était accompagnée du vice-président à l’exploitation de Cineplex, Daniel Séguin (à droite), et du propriétaire du Quillorama Frontenac, Jocelyn Faucher (à gauche).

La fin de l’immatriculation pour 81 % des appareils d’amusement [VIDÉO]

Près de 81 % des appareils d’amusement, dont les arcades, les allées de quilles, les tables de billard et les manèges, n’auront plus besoin de vignette d’immatriculation, a annoncé jeudi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. La nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur au mois d’octobre.

Il s’agit d’une économie de 1,3 million de $ pour les entreprises du domaine, qui devaient payer une immatriculation annuelle pour chaque appareil : 343 $ pour les arcades, 115 $ pour les allées de quilles, tables de billard ou manèges pour adultes et 30,25 $ pour les manèges destinés aux enfants. 

Toutes immatriculations payées après l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation seront créditées. 

Patrice Michel, directeur opérationnel du Tapis Vert de Sainte-Foy, et Maryse Barrette, propriétaire du Centre de Quilles Duvanier, estiment qu’il s’agit d’une bonne nouvelle. Il leur en coûtait respectivement 2000 $ et 1840 $ en vignettes d’immatriculation. 

Même si le gouvernement provincial sera amputé d’un revenu de 1,3 million $, cette somme ne sera pas perdue, selon la ministre. Cette économie devrait permettre aux entreprises d’augmenter leur chiffre d’affaires. «Alléger le fardeau des entreprises d’ici afin qu’elles participent à la croissance économique du Québec», telle est la volonté du gouvernement provincial.

Des industries en décroissance

La modification de la réglementation a été annoncée au Cineplex Odeon de Sainte-Foy. La ministre Geneviève Guilbault était accompagnée du vice-président à l’exploitation de Cineplex, Daniel Séguin, et du propriétaire du Quillorama Frontenac, Jocelyn Faucher. 

M. Faucher possède 48 allées de quilles. Il ne s’en cache pas, il ne s’agit pas d’une industrie en croissance. Depuis une vingtaine d’années, il demande un changement au règlement. Cette économie de 5500 $ lui permettra d’injecter de l’argent pour accroitre son offre en «amusement».

Bien que le nombre de projections dans les cinémas soit au sommet depuis 10 ans, seules 19,1 millions d’entrées ont été comptabilisées en 2018, selon l’Observatoire de la culture et des communications. Il s’agit d’une baisse de 2 % par rapport à 2017, et de 1 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années. 

Le taux d’occupation des fauteuils est quant à lui passé à 9,7 % en 2018, un dixième de point de moins que le taux le plus bas jamais enregistré par l’Observatoire, depuis 1975. 

Devant la baisse de fréquentation des cinémas, Cineplex a développé de nouveaux marchés, avec ses produits d’arcades The Rec Room, Topgolf et Playdium. La nouvelle offre rassemble sous un même toit un restaurant, un bar, des jeux d’amusement, des arcades, des tables de billard, des écrans géants et des spectacles. Les gagnants des jeux de hasard ou d’habiletés peuvent échanger leurs points contre des prix matériels. 

En avril 2017, l’entreprise torontoise mandatait la firme Tact Intelligence-Conseil pour promouvoir auprès du gouvernement provincial son nouveau concept de divertissement. 

Depuis, le groupe lorgne les espaces commerciaux pour y installer ses arcades pour adultes et pour la famille. 

La nouvelle réglementation sur les appareils d’amusement rendra possible l’implantation de ce genre de centres de divertissement, mais interdira les récompenses en argent, cartes-cadeaux, billets de loterie, tabac, alcool et cannabis.