En excluant les hypothèques, le niveau d’endettement moyen des consommateurs a été de 23 520 $, en hausse de trois pour cent sur un an.

La dette des Canadiens augmente

TORONTO — L’agence de surveillance du crédit Equifax Canada prévient que la hausse du taux de délinquance observée pendant le quatrième trimestre au pays pourrait bien devenir la norme au cours de l’année.

Selon des données publiées mardi, le taux de délinquance de 90 jours et plus lié aux hypothèques a grimpé de 1,5 % depuis le quatrième trimestre de 2017 pour s’établir à 0,18 % à la fin de la dernière année.

Le taux comparable pour les emprunts non hypothécaires a augmenté de 0,4 %, à 1,07 %.

De son côté, la dette totale des consommateurs canadiens – un montant qui tient compte des hypothèques – a grimpé à près de 1,91 millier de milliards $ au quatrième trimestre, en hausse de 4,6 % par rapport à la même période l’an dernier.

En excluant les hypothèques, le niveau d’endettement moyen des consommateurs a été de 23 520 $, en hausse de trois pour cent sur un an.

« Les faillites étaient en hausse de 15 % dans la deuxième moitié de 2018, a souligné le vice-président des données et analyses chez Equifax Canada, Bill Johnston. Les hausses des délinquances représenteront probablement la norme en 2019. »

Au Québec, la dette des consommateurs était de 19 438 $ au quatrième trimestre, inférieure à la moyenne canadienne mais en hausse de 1,7 % comparativement à la période correspondante de l’année précédente.

Du côté du Nouveau-Brunswick, le niveau d’endettement était de 23 677 $. En Nouvelle-Écosse, la dette moyenne des consommateurs était de 22 674 $, alors qu’elle était de 23 006 $ à l’Île-du-Prince-Édouard et de 23 949 $ en Ontario.

Les plus fortes augmentations de la dette moyenne d’une année à l’autre ont été observées en Alberta et en Ontario.