Statistique Canada note que l’augmentation de l’emploi en 2018 représente « un rythme de croissance plus faible que celui enregistré en 2017 et en 2016 ».

La croissance des emplois est au ralenti au Canada

La stabilité était à l’honneur pour l’emploi en 2018, tant dans la région d’Ottawa-Gatineau que dans l’ensemble du Canada, alors qu’une faible croissance permet de maintenir un taux de chômage très faible.

De fait, le taux de chômage au pays s’est établi à 5,6 % pour 2018, en baisse de 0,2 point de pourcentage, selon des données publiées vendredi par Statistique Canada. Il s’agit du taux le plus faible observé depuis janvier 1976, lorsque des données comparables sont devenues disponibles.

Pour Ottawa-Gatineau, le taux de chômage se trouve sous la moyenne nationale et s’établit à 4,9 % à la fin du mois de décembre, une diminution de 0,6 point de pourcentage par rapport à décembre 2017.

Au pays, c’est un total de 163 000 personnes en emploi de plus pour clore l’année, comparativement à décembre 2017. Une augmentation de 0,9 %, très majoritairement grâce à la création de postes à temps plein, selon un analyste de Statistique Canada, Vincent Ferrao. Pour Ottawa-Gatineau, environ 736 400 personnes se trouvent en situation d’emploi, une hausse de 1,3 % par rapport à la fin de l’année dernière.

Dans le rapport publié vendredi, Statistique Canada note que l’augmentation de l’emploi en 2018 représente « un rythme de croissance plus faible que celui enregistré en 2017 et en 2016 » qui était, respectivement, de 2,3 % et 1,2 %.

M. Ferrao souligne de son côté que les principaux domaines où les hausses d’emploi ont été remarquées au pays sont les services professionnels, scientifiques et techniques, les services aux entreprises, relatifs aux bâtiments et autres services de soutien, les services d’enseignement, ainsi que dans le milieu des soins de santé et de l’assistance sociale.

À Ottawa-Gatineau, les services aux entreprises, relatifs aux bâtiments et autres services de soutien sont également une source de croissance. Le domaine où la plus forte croissance a été observée est celui de l’administration publique, notamment grâce au gouvernement fédéral, selon Vincent Ferrao, bien que les données tiennent compte des emplois également pour les paliers provinciaux et municipaux.

Le secteur de la santé et des services sociaux a aussi permis à la région d’accroître son nombre d’emplois alors qu’environ 3600 emplois ont été créés sur la rive ontarienne — une hausse de 5,1 % — et 1800 au Québec — hausse de 7,4 % .

Faible croissance des salaires

Ce rapport vendredi constitue la première publication majeure de données économiques en 2019. La Banque du Canada surveille la croissance des salaires en vue de ses décisions en matière de taux d’intérêt, en essayant de déterminer dans quelle mesure les ménages endettés peuvent absorber des coûts d’emprunt plus élevés.

La banque centrale, qui fera une annonce sur les taux d’intérêt mercredi prochain, a relevé son taux directeur cinq fois depuis l’été 2017 en réponse à la forte performance économique du Canada. Le gouverneur, Stephen Poloz, a indiqué que des augmentations supplémentaires seraient nécessaires pour empêcher une inflation trop élevée.

Même dans un marché du travail resserré, la dernière enquête sur les forces de travail montre que la croissance des salaires au pays a fourni une autre lecture faible en décembre de 1,49 %, ce qui est bien inférieur à l’inflation.

La croissance moyenne annuelle des salaires horaires des employés permanents a été de 1,46 % en novembre — et elle a ralenti régulièrement depuis le sommet atteint en mai de 3,9 %.

Selon Statistique Canada, le pays a généré 163 300 nouveaux emplois nets en 2018, soit une augmentation de 0,9 %, ce qui constitue un rythme de croissance plus lent comparativement à 2,3 % en 2017 et à 1,2 % en 2016.

La croissance de l’emploi en 2018 a été principalement concentrée dans les secteurs des services, qui ont généré 151 000 postes, comparativement à une augmentation de seulement 12 300 dans les industries produisant des biens.