Les revenus de Netflix ont atteint 3,91 milliards $ US au cours du trimestre, un chiffre d’affaires inférieur à celui de 3,94 milliards $ attendu par les analystes.

La croissance des abonnements de Netflix déçoit au 2e trimestre

SAN FRANCISCO — Netflix a accueilli au deuxième trimestre bien moins d’abonnés que ne l’avait prévu sa direction, ce qui a ravivé les craintes de voir sa croissance faiblir alors que sa concurrence se fait de plus en plus féroce.

Le spécialiste du service de vidéo sur demande a convaincu un total net de 5,1 millions de personnes de s’abonner à son service pendant la période d’avril à juin, alors que son équipe de dirigeants espérait que ce chiffre soit plus élevé de plus d’un million. Netflix a clos le deuxième trimestre avec un total de 130 millions d’abonnés, dont 57,4 millions aux États-Unis, selon les données divulguées lundi.

Malgré cette déception, les résultats de Netflix ont largement dépassé les attentes des analystes. La société a dévoilé un bénéfice de 384,3 millions $ US, soit 85 cents US par action. Les analystes misaient sur un bénéfice de 80 cents US par action, selon les prévisions recueillies par Zacks Investment Research.

Les revenus de Netflix ont atteint 3,91 milliards $ US au cours du trimestre, un chiffre d’affaires inférieur à celui de 3,94 milliards $ attendu par les analystes.

L’action de Netflix a toujours fluctué au gré des variations de la croissance de son nombre d’abonnés. La déception du deuxième trimestre faisait plonger le titre de 14 pour cent à 343,40 $ US dans les transactions d’après-séance. Les résultats financiers trimestriels ont été dévoilés après la fermeture des marchés. Avant ce désinvestissement, l’action de Netflix avait plus que doublé depuis le début de l’année.

L’entreprise doit mener des luttes difficiles contre Amazon, le site YouTube de Google et Hulu dans le marché du visionnement en continu. La concurrence devrait en outre s’accroître alors qu’AT&T s’apprête à produire plus de contenu pour la chaîne HBO, qu’elle vient d’acquérir avec son rachat de Time Warner.

Walt Disney se prépare aussi à lancer son propre service numérique de vidéo. Dans le cadre de cette expansion, Disney a conclu un accord de 71 milliards $ US pour mettre la main sur 21st Century Fox. Cependant, cette dernière intéresse aussi le géant des télécommunications Comcast, qui pourrait présenter une nouvelle offre rivale pour tenter de damer le pion à Disney.