Le président d’Ekos Research, Frank Graves, signale qu’auparavant, la classe moyenne désignait les personnes qui, à force de travail, pouvaient acquérir une propriété résidentielle, surpasser le mode de vie de leurs parents et profiter d’une retraite dans un certain confort.

La classe moyenne serait de moins en moins nombreuse au Canada

Un récent sondage conclut que moins de la moitié des Canadiens s’identifient maintenant à la classe moyenne.

Le sondage mené par Ekos Research pour La Presse canadienne rappelle qu’en 2002, environ 70 % des répondants estimaient qu’ils appartenaient à la classe moyenne.

Le président d’Ekos Research, Frank Graves, signale qu’auparavant, la classe moyenne désignait les personnes qui, à force de travail, pouvaient acquérir une propriété résidentielle, surpasser le mode de vie de leurs parents et profiter d’une retraite dans un certain confort.

D’après Frank Graves, une croissance économique en déclin et les inégalités croissantes des revenus ont brisé les ambitions de plusieurs Canadiens qui croyaient faire partie de la classe moyenne.

À Hamilton et Kitchener en Ontario, de même qu’à Halifax en Nouvelle-Écosse, 22 % des personnes interrogées lors du sondage ont affirmé qu’elles avaient reculé dans les échelons sociaux depuis cinq ans; c’est le pourcentage le plus élevé au pays.

Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, déposera son budget le 27 février prochain à la Chambre des communes. Son gouvernement a souventes fois répété que l’essor de la classe moyenne faisait partie de ses priorités.

Le sondage a été réalisé par téléphone auprès de 7882 Canadiens entre le 7 novembre et le 10 décembre derniers. Sa marge d’erreur s’élève à 1,1 %, 19 fois sur 20.