Laurent Lessard a fait valoir, jeudi à son entrée à l'Assemblée nationale, qu'il a fallu moins d'une semaine pour engager les sommes prévues pour les trois prochaines années dans l'enveloppe dédiée aux producteurs laitiers.

Importations de fromages européens: la compensation fédérale critiquée

MONTRÉAL - Ottawa doit bonifier de manière significative les sommes accordées aux producteurs laitiers pour compenser l'entrée sur le marché canadien de fromages européens.
C'est ce que réclament tant le ministre de l'Agriculture du Québec, Laurent Lessard, que l'Union des producteurs agricoles, alors qu'entre en vigueur jeudi l'Accord économique et commercial global (AÉCG).
Le ministre Lessard a fait valoir, jeudi à son entrée à l'Assemblée nationale, qu'il a fallu moins d'une semaine pour engager les sommes prévues pour les trois prochaines années dans l'enveloppe dédiée aux producteurs laitiers, ce qui a forcé le gouvernement fédéral à cesser d'accepter les demandes avant même qu'un seul kilo additionnel de fromage européen n'ait fait son entrée au Canada.
« Le programme s'est envolé en moins de sept jours au niveau des producteurs laitiers, comme quoi les sommes étaient certainement insuffisantes », a affirmé le ministre.
M. Lessard devait rencontrer son homologue ontarien, Jeff Leal, plus tard jeudi afin de réclamer d'une voix commune une majoration importante de cette enveloppe. Le ministre Lessard n'était toutefois pas encore en mesure de dire combien il entend réclamer, précisant qu'il devait d'abord obtenir davantage d'informations du gouvernement fédéral, des producteurs agricoles et de l'Ontario avant de quantifier ses demandes.
Une industrie débordée
Le traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne permet l'importation au pays de 17 700 tonnes supplémentaires de fromage européen. Pour aider l'industrie canadienne - principalement localisée au Québec et en Ontario - à s'adapter à cette intrusion dans un marché sous gestion de l'offre, Ottawa a mis de côté une enveloppe de 350 millions $ sur cinq ans.
De cette somme, 250 millions $ sont destinés aux producteurs laitiers et 100 millions $ iront aux transformateurs et fromagers. Il s'agit cependant d'un montant réservé aux investissements dans la production et non d'une compensation comme telle.