Harcèlement: la Cour suprême n’entendra pas les arguments de WestJet

OTTAWA - WestJet a échoué dans sa tentative de mettre fin à une action collective liée au harcèlement.

La Cour suprême du Canada a refusé jeudi d’entendre les arguments de WestJet visant à annuler la poursuite intentée par une ancienne agente de bord.

Mandalena Lewis affirme avoir été agressée sexuellement par un pilote lors d’une escale à Hawaï, en 2010, et allègue que la compagnie aérienne a enfreint la promesse anti-harcèlement incluse dans son contrat.

L’action collective propose de représenter les agentes de bord passées et actuelles de WestJet dont les contrats de travail comprenaient l’engagement de la compagnie aérienne.

La compagnie aérienne n’a pas réussi à faire annuler l’action devant les tribunaux de la Colombie-Britannique, ce qui l’a menée à faire valoir que la Cour suprême pourrait préciser si un tribunal ou la Commission canadienne des droits de la personne est l’instance appropriée pour les allégations de harcèlement sexuel systémique.

Conformément à sa pratique habituelle, la Haute Cour n’a pas expliqué son refus d’entendre la cause.