Les négociations avec General Motors «sont en train de mal tourner» selon le syndicat.

Grève chez GM: les négociations «tournent mal»

SAN FRANCISCO — Les négociations avec General Motors «sont en train de mal tourner», a déclaré dimanche le syndicat des dizaines de milliers de salariés du groupe qui entameront lundi leur quatrième semaine de grève pour réclamer de meilleurs salaires et avantages sociaux.

«Après avoir fait des progrès sur des sujets importants il y a deux jours, l’entreprise a montré sa réticence à rémunérer à sa hauteur le travail accompli des employés», a écrit dimanche Terry Dittes, vice-président du syndicat UAW pour General Motor, dans un communiqué aux autres membres de l’organisation professionnelle.

Samedi soir, le syndicat a soumis au constructeur aux quatre marques - Chevrolet, Buick, Cadillac et GMC - une proposition sur «les salaires, les primes, la sécurité de l’emploi, les retraites, les emplois qualifiés, le partage des profits, etc».

«Dans votre réponse (...) ce dimanche 6 octobre, vous n’avez même pas eu la courtoisie professionnelle d’expliquer pourquoi vous n’acceptiez pas notre proposition, ou pourquoi vous la rejetiez», s’indigne Terry Dittes dans une lettre adressée à Scott Sandefur, vice-président responsable des relations sociales chez GM.

«Notre proposition très détaillée constituait un effort de faire avancer ces négociations pour parvenir à l’étape suivante et trouver un accord possible», remarque-t-il encore.

GM a fait savoir vendredi qu’il acceptait de maintenir la couverture santé des salariés pendant tout le mouvement de grève, le premier d’une telle ampleur depuis 2007.

Un geste qui suggérait qu’un accord était en passe d’être trouvé ce week-end, même si les négociations achoppaient sur les salaires et la pérennisation de l’emploi pour les nouvelles recrues, d’après des sources proches du dossier.

Mais dimanche, le groupe «est revenu à sa proposition antérieure, très peu modifiée», et déjà rejetée auparavant par les syndicats, précise l’UAW.

«Nous attendons que l’entreprise nous réponde et discute de la proposition que nous avons présentée hier, comme l’exigent la loi et la simple décence», conclut Terry Dittes dans sa lettre aux patrons de GM.

Usines canadiennes affectées

Près de 50 000 salariés du constructeur sont en grève depuis le 16 septembre. La production du groupe est à l’arrêt aux États-Unis, ce qui affecte aussi des usines canadiennes. GM a ainsi mis au chômage technique des usines au Canada.

En plus de hausses de salaire et de meilleurs avantages sociaux, l’UAW réclame l’amélioration de la situation des salariés embauchés après le sauvetage historique de GM de la faillite en 2009 par l’administration Obama.

L’organisation voudrait aussi que le géant de Detroit réactive quatre usines mises à l’arrêt en novembre 2018, dont une dans l’État industriel de l’Ohio, affecté par les délocalisations.

GM affirme pour sa part avoir offert plus de 7 milliards de dollars de nouveaux investissements dans des usines américaines, proposé de créer 5400 emplois supplémentaires et d’augmenter les salaires.

D’après des experts, cette grève historique risque de coûter jusqu’à 100 millions de dollars par jour au groupe.