Le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Pierre Samson

Grands travaux à Gatineau: la Chambre de commerce fera une proposition

La Chambre de commerce de Gatineau (CCG) travaille déjà, depuis un moment, à élaborer une proposition de programme de compensation pour les commerces qui seraient touchés par des travaux d’infrastructures d’envergure, un peu à l’image de celui annoncé par la Ville de Québec, plus tôt cette semaine.

En entrevue avec Le Droit, le président de la CCG, Pierre Samson, a affirmé que l’objectif est de présenter une proposition à la Ville de Gatineau avant l’étude du budget 2020, prévue en novembre prochain. 

« Le programme annoncé par Québec ressemble un peu à ce que nous sommes en train de développer pour Gatineau, mais selon moi il y a lieu d’aller encore plus loin, explique-t-il. Québec prévoit compenser les commerces de détail uniquement. Je crois qu’il faudrait inclure tous les types de commerces dans un tel programme. »

À LIRE AUSSI: Grands travaux: des élus ouverts à analyser un programme de compensation pour les commerçants

Contrairement à la conseillère Louise Boudrias qui affirmait, cette semaine, que la commission de développement économique serait le bon forum pour développer un tel programme de compensation, M. Samson croit que ça doit revenir directement aux élus municipaux de prendre une décision à ce sujet. « La commission est là pour faire de la prospection, pour assurer une vigie sur l’environnement économique et pour favoriser le dynamisme commercial à Gatineau, note le président de la CCG. Un programme de compensation c’est avant tout une décision politique et je crois que les discussions sur le prochain budget seront le meilleur moment pour débattre d’un programme de compensation. »

Parallèlement à ce programme en développement, la CCG fait aussi des représentations auprès de la Ville de Gatineau et du cabinet du maire pour que le taux de taxation commercial soit revu à la baisse. 

« Le secteur commercial paie des taux de taxation de trois à quatre fois plus élevés que le taux résidentiel, note M. Samson. C’est très élevé, plus que dans bien d’autres villes. »

La CCG a entamé des discussions à ce sujet avec le cabinet du maire il y a environ un mois, indique l’homme d’affaires. 

« Le maire n’est pas fermé à l’idée de revoir ça, mais ça va prendre des études très sérieuses et plusieurs analyses avant d’en arriver-là. »