Le «bug» qui a frappé Google+ permettait à des applications le demandant d’avoir accès à des données personnelles (nom, adresse email, âge, profession) même si les réglages étaient sur privé.

Google+ va durer encore moins longtemps

WASHINGTON — Google+, la tentative malheureuse de Google de fonder un réseau social concurrent de Facebook, sera finalement fermé en avril 2019 au lieu du mois d’août, en raison de la découverte d’un «bug» qui a touché 52,5 millions d’usagers.

Selon Google, il n’y a aucune indication selon laquelle le bug introduit au moment d’une mise à jour du programme informatique ait été exploité voire même détecté par quelqu’un d’autre que les équipes de l’entreprise.

Il a été éliminé au bout d’une semaine.

Le bug permettait à des applications le demandant d’avoir accès à des données personnelles (nom, adresse email, âge, profession) même si les réglages étaient sur privé.

En revanche, les développeurs n’ont à aucun moment eu accès aux données financières, aux numéros d’identification nationale, aux mots de passe ou autres données utilisées en général pour commettre des cyberfraudes ou des vols d’identité, affirme Google.

L’entreprise a indiqué qu’elle allait prévenir les usagers potentiellement affectés mais aussi qu’elle fournirait aux usagers les informations nécessaires pour sauvegarder et faire migrer vers un autre service les données déposées sur Google+.