L'usine Fortress de Thurso

Fortress annonce une procédure de restructuration

Fortress Global a annoncé une procédure de restructuration en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies vendredi.

Selon le vice-président du développement des affaires de la compagnie Fortress, Marco Veilleux, deux prêteurs « importants » ont initié une motion avec la Loi et après l’analyse « de tous les documents », l’entreprise ne s’y est pas opposée.

« On devrait, et on espère, avoir la protection des tribunaux contre nos créanciers pour nous permettre de continuer la restructuration », indique-t-il.

La motion sera d’ailleurs entendue devant les tribunaux lundi, à Montréal.

À savoir quelle forme prendra cette restructuration, M. Veilleux a mentionné « qu’on ne le sait pas encore ».

« Pour le quotidien des gens qui sont toujours à l’usine de Thurso, ça ne change pas grand-chose, poursuit-il. Dans nos prévisions financières, on avait géré le tout avec beaucoup de prudence. Pour ce qui est de tous nos créanciers, le syndic Deloitte initiera un processus de réclamation. Donc tous ceux qui croient qu’on leur doit de l’argent devront remplir des papiers et les envoyer au syndic. Deloitte va compiler tout ça et habituellement, à la fin du processus de restructuration, une proposition devrait être faite aux créanciers et à ce moment-là, ils pourront décider soit de l’accepter ou de la décliner. »

Le 7 octobre dernier, l’usine Fortress de Thurso a annoncé un arrêt temporaire et indéterminé de ses opérations pour une période pouvant s’étendre entre trois et quatre mois. Le différend commercial opposant les États-Unis et la Chine a particulièrement affecté l’entreprise alors qu’elle s’est retrouvée prise avec des surplus d’inventaires de pâte cellulosique. Le prix à la tonne ayant notamment chuté de 25 % depuis le mois d’août 2018, ça représente entre 45 et 60 millions de dollars en manque à gagner pour Fortress, qui produit 150 000 tonnes annuellement.

M. Veilleux rappelle d’ailleurs que les activités de l’usine de Thurso pourront uniquement reprendre lorsque le marché aura repris.

« Entre temps, il faudra restructurer », ajoute-t-il.

Tous les membres du conseil d’administration de la compagnie ont également démissionné, à l’exception de Giovanni Iadeluca, le président de Fortress Global, et de Kurt Loewen, le directeur financier de l’entreprise.

 « Habituellement dans une restructuration, le conseil d’administration n’a pu vraiment son rôle à jouer. Les prêteurs en sont aussi venus à la conclusion que ces gens-là devaient partir », souligne Marco Veilleux.

La négociation des actions de Fortress Global à la Bourse de Toronto a également été interrompue.