Le marché de la revente dans la région de Gatineau est très actif alors que l’on remarque une hausse de 43 % des ventes en février.

Forte hausse des ventes résidentielles en février à Gatineau

Le marché de la revente résidentielle est en feu dans la région de Gatineau en ce début d’année.

Les données de la Chambre immobilière de l’Outaouais pour la région métropolitaine de recensement de Gatineau pour le mois de février indiquent que le nombre total de ventes de maisons unifamiliales, de condos et de plex de deux à cinq logements a grimpé en flèche par rapport à 2019 avec une hausse de 43 % des ventes alors que 472 transactions ont été effectuées comparativement à 331 en février 2019.

« Il s’agit de la plus grande augmentation du nombre de ventes depuis février 2016 où une hausse de 46 % avait été enregistrée », a souligné la Chambre immobilière de l’Outaouais.

Les ventes de maisons ont connu une croissance de 32 % en février 2020 pour se chiffrer à 354 ventes. Le prix médian a fait un bond de 9 %, pour se fixer à 276 000 $ alors qu’il était à 252 750 $ en février 2019. Quant au délai de vente, il a diminué de 19 jours, passant donc de 82 jours en 2019 à 63 jours cette année.

Du côté des copropriétés, le nombre de transactions a doublé par rapport à 2019 avec 92 ventes en février 2020 comparativement à 46 l’année dernière. Le prix médian a aussi enregistré une hausse de 8 % pour s’établir à 173 450 $ par rapport à 160 000 $ en 2019. Le délai de vente moyen a chuté de 36 jours dans ce segment pour s’établir à une moyenne de 51 jours.

En février, la Chambre dénombrait 2089 propriétés résidentielles à vendre dans la région métropolitaine de recensement de Gatineau, soit 15 % de moins qu’en février 2019.

« C’est un marché de vendeurs », a résumé Stéphanie Gauvin, courtière en immobilier et membre du conseil d’administration de la Chambre immobilière de l’Outaouais.

« Il y a une forte demande, mais il n’y a pas beaucoup de propriétés affichées à vendre, a-t-elle continué. Ceci veut dire que lorsqu’il y a une propriété à vendre, il y a plusieurs personnes intéressées sur la même maison, et les gens vont offrir plus pour en arriver à la décrocher. Il y a donc des guerres d’enchères et ça se vend beaucoup plus cher. »

Les taux d’intérêt bas et une bonne situation de l’emploi dans la grande région de la capitale nationale expliquent, entre autres, cette explosion des ventes résidentielles en février dans la région métropolitaine de recensement de Gatineau.

« Les gens qui songent à vendre pourraient profiter du marché que nous avons en ce moment pour vendre leur propriété. Mais d’un autre côté c’est moins agréable pour les acheteurs parce qu’il y a une chance qu’ils ne soient pas les seuls. Cela implique des offres multiples, une surenchère, des guerres de prix. C’est stressant pour tout le monde, mais les vendeurs sont contents », a observé Mme Gauvin.

La Chambre immobilière a aussi noté que le volume des ventes en février 2020 s’est élevé à plus de 130,9 millions $, soit une hausse de 49 % comparativement à la même période l’an dernier.