Nicolas Girard, du FAQDD, Sylvain Naud, de l’entreprise Charbon de bois et feuilles d’érable, et Nicolas Gagnon, du CQDD, ont participé à la présentation du Fonds Écoleaders, jeudi.

Fonds Écoleader: plus d’argent pour le virage vert

Les entreprises qui souhaitent entreprendre un virage vert auront un outil de plus pour y arriver avec la mise en place du Fonds Écoleader. L’initiative, assortie d’une enveloppe de 18,5 M$ pour l’ensemble de la province, sera gérée sur une base régionale.

Dans la région de Québec, ce sera le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale et une agente dédiée au projet, Marie-Claude Bisson qui auront le mandat d’accompagner les entreprises qui désirent «verdir» leurs pratiques. «Nous avons fait des consultations et les résultats sont toujours les mêmes, les entreprises manquent de temps, d’argent et d’expertise à l’interne pour faire ces changements», a noté Marie-Christine Roy, représentante du Ministère de l'Économie. 

Passer à l'action

Durant les quatre prochaines années, les entrepreneurs sont invités à prendre contact avec l'agente pour faire le point sur les pratiques de leur compagnie sur le plan du développement durable et de l’environnement. Les entreprises pourront soumettre des projets soit dans le but d’adopter des pratiques écoresponsables (pour un maximum de 30 000 $ en aide), soit pour acquérir des technologies vertes (pour un maximum de 50 000 $ en aide). L’aide versée peut être plus importante si un même projet implique plusieurs entreprises. «Il y a des seuils, mais ce peut être des projets de 1000 $, 5000 $. Ce qu’on veut c’est toucher un grand volume d’entreprises et les aider à se mettre en action», a expliqué Nicolas Girard, directeur général du Fonds d’action québécois pour le développement durable. 

«Ça peut faire peur d’amorcer une démarche comme ça. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce n’est pas nécessaire de révolutionner son modèle d’affaires pour passer à l’action. Il y a une panoplie de mesures et d’actions qui peuvent être adoptées pour s’améliorer tranquillement et réduire son empreinte environnementale tout en étant plus productif», a ajouté Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable. 

Le Fonds Écoleader, une initiative du ministère de l’Économie et de l’Innovation, compte plusieurs partenaires, comme l’entreprise Écotech Québec, spécialisée en technologies propres, et la Chambre de commerce et d’industrie de Québec. Cette dernière a profité du lancement, jeudi, pour annoncer son nouveau programme d’accompagnement, Conscience d’affaires, qui vise à aider les membres à créer un plan de développement durable. La CCIQ remettra aussi un nouveau prix au gala des Fidéides, en collaboration avec le Fonds Écoleader, pour souligner une entreprise qui se démarque dans le domaine de l’écoresponsabilité.