La proposition de Fairfax pour racheter les activités canadiennes du détaillant de jouets Toys R Us surpasse l'offre déposée la semaine dernière par Isaac Larian, le chef de la direction du fabricant de jouets MGA Entertainment, en collaboration avec plusieurs autres investisseurs.

Fairfax dépose une offre de 300 M$ pour les magasins canadiens de Toys R Us

NEW YORK — Le conglomérat Fairfax Financial Holding a déposé une offre de 300 millions $US pour racheter les activités canadiennes du détaillant de jouets Toys R Us en faillite.

Selon des documents juridiques présentés tard jeudi, Fairfax a choisi de jouer le rôle de soumissionnaire-paravent dans le processus d'enchères autorisé lundi par la cour à New York. Cela signifie qu'il pourrait se faire damer le pion par d'autres acheteurs qui feraient une meilleure offre.

La proposition de Fairfax surpasse l'offre de 215 millions $US déposée la semaine dernière par Isaac Larian, le chef de la direction du fabricant de jouets MGA Entertainment, en collaboration avec plusieurs autres investisseurs.

L'offre du groupe de M. Larian proposait aussi d'allonger 675 millions $US pour mettre la main sur 274 magasins américains de Toys R Us.

La chaîne de magasins de jouets a annoncé en mars qu'elle liquiderait ses magasins américains.

M. Larian a indiqué vendredi qu'il évaluait les différentes options qui s'offraient à lui.

«En autant que Toys R Us et que des emplois sont sauvés, je suis content», a-t-il affirmé dans un communiqué.

«En ce qui a trait à Toys R Us aux États-Unis, la lutte pour la sauver ne fait que commencer.»

Fairfax est un conglomérat avec des intérêts dans l'immobilier, l'assurance et la gestion d'investissements. Elle a la réputation de faire de gros investissements dans les actifs qu'elle juge sous-évalués.

En 2013, Fairfax avait fait un investissement significatif dans BlackBerry à un moment où plusieurs doutes persistaient quant à son avenir.