La nouvelle veste chauffante Ewool est en vente depuis quelques jours à la boutique Hors Circuits. La conseillère Andréanne Ouellet a eu l’occasion d’en faire l’essai.

Ewool: la veste chauffante d’Alain Desmeules

Un Chicoutimien est derrière une nouvelle veste chauffante, la Ewool. Alain Desmeules a passé les cinq dernières années à travailler sur ce projet, afin de concevoir un produit à la fine pointe de la technologie et prêt à faire face aux rudes conditions de l’hiver québécois.

Installé à Montréal depuis l’âge de 26 ans, M. Desmeules a réorienté sa carrière il y a environ huit ans. Impliqué dans une entreprise spécialisée dans l’industrie des pieux, il était mûr pour un nouveau défi. C’est à la suite de plusieurs réflexions que son idée a pris forme.

« Les vêtements électriques, c’est un peu comme les sièges chauffants dans les automobiles, met en contexte l’entrepreneur de 48 ans, à l’autre bout du fil. Au départ, c’était seulement offert pour les voitures de luxe. Maintenant, on ne peut plus s’en passer. Les vêtements chauffants ont maintenant leur place. »

Alain Desmeules a ensuite étudié tous les autres produits déjà existants sur le marché. Il a même déménagé à Shanghai, en Chine, pour visiter différentes usines chinoises.

« Sauf que les Chinois n’aiment pas vraiment développer et fabriquer de nouveaux produits, ce qui fait en sorte qu’on retrouve toujours une copie, moins chère, mais moins bonne que la vraie version », met en relief Alain Desmeules, qui voulait se concentrer sur la technologie des tissus chauffants, et surtout sur celle des batteries.

La batterie est environ la grosseur d’un téléphone cellulaire et la recharge se fait sans qu’il soit nécessaire de la sortir de la poche arrière de la veste.

Ses recherches ont engendré des dépenses importantes, mais elles étaient essentielles pour offrir un produit qui allait se démarquer des autres.

« Pour les autres vêtements chauffants, ce sont toutes des grosses batteries, qu’on doit retirer du manteau pour les recharger, affirme le fondateur. C’est un peu comme si tu devais enlever la batterie de ton cellulaire chaque fois que tu veux le mettre sur la charge. Quand l’utilisation quotidienne d’un produit devient compliquée, on finit par arrêter de s’en servir. »

Technologique, mais simple

La veste Ewool est dotée de deux bandes chauffantes à l’avant et d’une plus grande dans le dos. Le collet contient également une zone de réchauffement. Le bouton de contrôle est situé au bas de la veste, étant facilement accessible, et la recharge de la batterie se fait via le port de charge.

La Ewool a été conçue pour servir de couche intermédiaire, dans le but d’être portée sous un manteau et le plus près de la peau possible.

D’une puissance de 45 watts, la batterie grosse environ comme un téléphone portable, se loge dans la poche arrière.

Une prise située dans la veste permet de charger la batterie sans la retirer de sa poche. Il s’agit, aux dires d’Alain Desmeules, de la plus puissante veste chauffante à batterie sur le marché, en plus d’être lavable à la machine.

Son créateur s’est donné carte blanche lorsqu’il a entrepris ses démarches. Il ne voulait pas altérer la qualité du produit par souci d’économie, de sorte qu’il a recherché les meilleurs matériaux sur le marché, du tissu à la batterie, en passant par les fermetures à glissière.

« Je ne voulais pas mettre de limites quant à la qualité de la veste, explique Alain Desmeules.

Le but est d’avoir un grand sourire lorsqu’on marche dans la rue à -30 degrés Celsius. Le sentiment est le même que si on se retrouvait dans un bain-tourbillon ! Aujourd’hui, je peux dire que je n’ai pas lésiné sur les efforts et les gens en ont pour leur argent. »

De couleur noire, la veste unisexe est offerte dans toutes les grandeurs.

Des bandes élastiques sur les côtés permettent un ajustement plus précis. Son coût unitaire est de 499 $.

Alain Desmeules est le créateur de la veste Ewool, disponible sur Internet et dans une seule boutique.

+

UN SEUL POINT DE VENTE PHYSIQUE

La boutique Hors Circuits, située sur la rue Jacques-Cartier à Chicoutimi, est la première au Québec à vendre la veste Ewool. On pourrait même pousser l’audace en affirmant qu’elle réalise une première mondiale puisque le produit était à ce jour uniquement disponible sur Internet.

Pour Alain Desmeules, natif de Chicoutimi-Nord, il allait de soi que la percée initiale en boutique ait lieu dans sa ville natale.

« Même si je suis à Montréal, je suis honoré que la première boutique à vendre ma veste soit basée à Chicoutimi, reconnaît-il. Ça me fait plaisir de voir ça. Elle est offerte en ligne, mais le premier magasin à la vendre est à Chicoutimi. C’est une belle fierté. »

À la boutique Hors Circuits, la veste Ewool sera disponible à la vente, mais sera aussi offerte dans les différents forfaits d’excursions organisés par OrganisAction, une branche de l’entreprise.

« C’est vraiment un produit qui rejoint la vision de la boutique, spécialisée dans la vente et location de produits hivernaux, souligne Andréanne Ouellet, directrice adjointe d’OrganisAction. Pour un petit détaillant comme nous, c’est génial et ça nous offre une belle visibilité. »

Alain Desmeules va lui aussi profiter d’expéditions pour parfaire ses produits. Grand amateur du Grand Nord et du froid, deux voyages sont organisés au cours de l’hiver, dont un à Iqaluit, capitale du Nunavut, sur l’île de Baffin.

« Quand je veux prendre des vacances, je ne vais pas dans les pays chauds, je pars plutôt dans le Nord avec ma famille, lance-t-il en riant. C’est une occasion de tester nos vêtements dans des conditions extrêmes. »

Le Chicoutimien Alain Desmeules a travaillé cinq ans sur différents prototypes, avant de lancer officiellement la veste Ewool.

+

LE TRAVAIL NE FAIT QUE COMMENCER

Bien que le plus gros du travail soit fait avec la commercialisation de la veste Ewool, Alain Desmeules n’a pas terminé ses efforts en vue de faire connaître davantage son produit.

« Il ne faut pas penser qu’un gars de Chicoutimi a gagné le million à la loterie, parce que ce n’est pas le cas du tout, précise-t-il. En calculant tout l’argent qu’on a investi, on n’a pas encore atteint le seuil de rentabilité. Le succès est là et on voit l’intérêt, mais on n’est pas encore sorti du bois ! » Unique propriétaire de la veste brevetée, Alain Desmeules est entouré d’une dizaine de personnes au sein de l’entreprise. Le plan est maintenant de développer une veste plus accessible, en tentant de réduire son prix d’achat.

Le rêve d’Alain Desmeules serait de créer des collaborations avec les grandes compagnies québécoises de vêtements chauds, dont l’entreprise régionale Chlorophylle, en plus de Kanuk ou Canada Goose. « J’aimerais pouvoir collaborer avec eux et les convaincre que la veste Ewool est le complément parfait et l’ingrédient supplémentaire pour le manteau chaud », exprime Alain Desmeules.

Des partenariats avec des compagnies sont dans la vision de la jeune compagnie. Elle a d’ailleurs vécu un premier succès lorsque Olymel, spécialisée dans la transformation de viande, a acheté un lot de 40 vestes pour les employés qui travaillent dans des pièces réfrigérées.