Le président du RGA, Yves Ducharme, le président de la CCG, Pierre Samson, et le directeur du OBT, Robert Rhéaume, ont signé jeudi une entente de collaboration sous les yeux de Lise Sarazin, du RGA, d’Anne-Marie Proulx, de la CCG, et de Sueling Ching, du OBT.

Entente de collaboration entre trois organisations économiques de la région de la capitale nationale

Une entente de collaboration a été signée jeudi entre le Regroupement des gens d’affaires (RGA) de la capitale nationale, la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) et le Ottawa Board of Trade (OBT). Les trois regroupements font équipe pour assurer une prospérité d’affaires et un paysage commercial concurrentiel pour la région de la capitale nationale.

Les organisations s’engagent à développer une plus grande collaboration, à mettre sur pied conjointement des opportunités de réseautage, à partager différentes informations pour favoriser le partage d’opportunité et à une rencontre annuelle entre les membres des trois conseils d’administration.

De cette entente de collaboration qui se discute depuis plusieurs années est né l’alliance GO (Gatineau-Ottawa) qui vise à faire de la région l’endroit de prédilection pour les affaires au Canada.

La toute première rencontre de l’alliance aura lieu le 12 décembre à l’hôtel de ville d’Ottawa. Les trois organisations échangeront sur un mandat précis qui sera dévoilé en 2020.

«Nous sommes 1,4 million de population. Il faut travailler ensemble, a résumé le président de la CCG, Pierre Samson. Par exemple, nos gens d’affaires peuvent se rencontrer et même partager de la main-d’oeuvre. Avec la pénurie de main-d’oeuvre qu’on a aujourd’hui, on peut peut-être s’aider à se faciliter la tâche».

Robert Rhéaume, directeur du OBT, affirme qu’il est important d’avoir un effort concentré du développement économique dans la grande région d’Ottawa/Gatineau.

«Il faut être vu comme un palier complet où on peut non seulement développer à l’interne, mais aussi attirer les gens de l’extérieur pour venir faire des investissements dans notre région et nous permettre d’avoir le talent nécessaire pour continuer notre développement économique à travers la région», a-t-il partagé.

«Nous ne sommes pas divisés par la rivière des Outaouais, nous sommes unis par nos cinq ponts, a illustré le président du RGA, Yves Ducharme. Il faut voir la région de la capitale nationale comme une seule et même région socio-économique, avec sa diversité, avec ses deux langues.»

«L’ensemble de nos membres ont tous un rayonnement dans la communauté et un rôle à jouer. En mettant nos forces en commun, nous serons capables d’appuyer les initiatives politiques, et nous serons aussi en mesure de faire avancer des projets pour que le politique s’intéresse à ce qu’on apporte comme idées. L’innovation et la vision, c’est la communauté d’affaires qui l’a», a continué M. Ducharme.

Sixième pont

Yves Ducharme souhaite voir la concrétisation d’un sixième lien entre Gatineau et Ottawa.

«Il y a des gens dans le centre-ville d’Ottawa qui souffrent parce qu’il y a une congestion, a lancé le président du RGA. Je crois au transport en commun, je crois au tramway, je crois au train léger, mais ça ne peut pas répondre à tous les besoins. Ça ne peut pas répondre au camionnage».

«Si on veut libérer le centre-ville et le redonner aux piétons, aux cyclistes et au transport en commun, c’est en créant un sixième lien et un septième lien éventuellement», a-t-il continué.

M. Rhéaume est aussi pour un sixième lien. «Je pense qu’on verra un sixième pont d’ici quelques années, a-t-il indiqué. En mettant les forces ensemble, je crois que ce projet se réalisera plus tôt que tard».

La construction d’un sixième pont est l’objet de débats politiques depuis plusieurs années.