Les ministres Lacombe et Fitzgibbon étaient de passage à Thurso, mardi, pour annoncer une aide financière de 8 millions de dollars pour l’entreprise Fortress.

Du soutien pour les travailleurs de l'usine Fortress de Thurso

​​​​​Les travailleurs affectés par la fermeture pour une période indéterminée de l’usine Fortress pourront compter sur le soutien des autorités gouvernementales, ont assuré le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et le maire de Thurso, Benoît Lauzon, mardi.

« Déjà, le ministère du Travail, Jean Boulet et son équipe, travaille à voir s’il y a temporairement des aménagements de relocalisation qu’on peut offrir aux employés. Il y a l’assurance-emploi évidemment. Il y a le lien d’emploi. On travaille avec le syndicat. Oui, on va être préoccupés par l’emploi », a lancé le ministre Fitzgibbon, en point de presse.

À LIRE AUSSI: Québec accorde un prêt de 8 millions$ pour l'usine Fortress de Thurso

Le syndicat et les employés de l'usine Fortress sont moins optimistes

Les fournisseurs affiliés à Fortress Global pourraient pour leur part bénéficier de mesures émanant des « Programmes 9-1-1 d’assistance » qui ont été utilisés dans le cadre notamment du conflit du bois d’œuvre et lors de crises qui ont touché les marchés de l’acier et de l’aluminium.

« Nous avons des programmes au gouvernement pour nous assurer que les petites sociétés qui ont des enjeux financiers temporaires peuvent être accompagnées », a précisé M. Fitzgibbon.

À l’échelle locale, la Ville de Thurso envisage d’organiser un « salon de l’emploi », a laissé entendre le maire Lauzon.

« On va voir du côté de la municipalité si on ne peut pas organiser des activités pour relocaliser ailleurs de façon temporaire ces employés-là. [...] Avec la rareté de main-d’œuvre, la demande est là en Outaouais. On verra si on peut faire quelque chose. Je vais avoir des discussions avec le Centre local d’emploi à ce niveau-là. [...] Est-ce qu’on peut attirer des industries pour venir rencontrer les employés, c’est ça qu’il faudra voir », a indiqué M. Lauzon.