Le premier ministre ontarien Doug Ford et son ministre des Finances Rod Phillips se dirigent vers la chambre de l’Assemblée législative afin de dévoiler le contenu de l’énoncé économique de l’automne.

Doug Ford tente de réparer les pots cassés

TORONTO — Le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario puisera des centaines de millions de dollars pour réparer une partie des dégâts causés par une année de compressions.

Là où le budget du printemps - et l’énoncé économique de l’automne 2018 - a coupé de grands pans de nombreux programmes et services, la mise à jour de mercredi indique de nombreux revirements. Des dépenses supplémentaires de 1,3 milliard $ y sont annoncées, en grande partie pour financer à nouveau des programmes qui avaient été modifiés ou annulés, ce qui avait causé d’importants maux de tête au gouvernement.

Cet énoncé économique survient dans un contexte où le gouvernement de Doug Ford tente d’adopter un nouveau ton après une première année et demie tumultueuse au pouvoir.

Les modifications dans les services pour les autistes étaient parmi celles ayant causé le plus de problèmes au gouvernement. Le financement n’était pas réduit dans ce cas, mais la réforme aurait entraîné une diminution de services pour des milliers d’enfants.

Le gouvernement investit 279 millions $ supplémentaires dans le programme ontarien pour l’autisme, portant ainsi le budget total à 600 millions $ — une somme promise depuis plusieurs mois à des familles qui demeuraient sceptiques.

Un montant supplémentaire de 310 millions $ ira également aux services sociaux, notamment en revenant sur l’annulation qui était prévue d’une allocation familiale et en renonçant à des modifications à l’aide sociale et à l’aide aux personnes handicapées.

Les municipalités

Les municipalités étaient furieuses lorsque le gouvernement a annoncé des réductions au financement des services de garde d’enfants, en santé publique et dans les services ambulanciers. L’énoncé économique d’automne indique que le recul partiel sur ces compressions coûtera à la province environ 189 millions $.

Parmi les nouvelles dépenses qui ne proviennent pas de revirements politiques, mentionnons 68 millions $ pour les hôpitaux de petite et moyenne taille.

Près de la moitié de l’argent pour les nouvelles dépenses est puisé dans le fonds d’urgence.

Le déficit de l’Ontario devrait maintenant être de 9 milliards $ pour le présent exercice, par rapport aux 10,3 milliards $ prévus dans le budget.

Cette somme est toujours supérieure au déficit de 7,4 milliards $ enregistré l’an dernier, bien que le gouvernement dispose une réserve d’un milliard $ et qu’il est encore possible qu’il dépasse ses prévisions.

Le gouvernement propose de réduire le taux d’imposition du revenu des petites entreprises de 3,5 % à 3,2 % le 1er janvier, ce qui coûterait 95 millions $ une fois que la mesure sera pleinement déployée en 2021-2022.

Les personnes qui résident dans le nord de la province pourraient bénéficier de factures d’épicerie et de déplacement moins élevées, tandis que la province envisage de réduire le taux de la taxe sur le carburant aviation dans le Nord de 6,7 cents à 2,7 cents le litre.