Une soixantaine d’employés oeuvrent au nouveau siège social du Groupe Nordik récemment ouvert dans le parc d’affaires des Hautes-Plaines, dans le secteur Hull.

Dix spas d’ici 2027 pour le groupe Nordik

Le Groupe Nordik voit grand. L’entreprise ayant ouvert son premier spa à Chelsea en 2005 souhaite en compter une dizaine aux quatre coins de l’Amérique du Nord d’ici 2027.

L’entreprise régionale a profité de l’inauguration de son nouveau siège social à Gatineau, mardi, pour dévoiler son plan d’avenir.

L’édifice de 27 000 pieds carrés, sis sur le boulevard de la Technologie, dans le parc d’affaires des Hautes-Plaines, a d’ailleurs été conçu dans le but de pouvoir absorber la croissance anticipée au cours de la prochaine décennie, a indiqué le copropriétaire et vice-président au développement du Groupe Nordik, Daniel Gingras.

Sur les quelque 500 employés du groupe, une soixantaine œuvrent désormais au nouveau siège social. « Nous sommes prêts pour accueillir encore 30 à 40 personnes de plus », assure M. Gingras.

Car les projets ne manquent pas. Un plan pour accroître la capacité du spa Thermëa, ouvert en 2015 à Winnipeg, est déjà sur la table, tandis que la construction d’un troisième spa s’entamera l’été prochain à Whitby, en banlieue de Toronto. Au même moment, la construction d’un hôtel de 60 chambres devrait commencer sur le terrain du Nordik Spa-Nature de Chelsea.

À plus long terme, le Groupe Nordik espère faire son entrée dans d’autres marchés canadiens « dans les quatre à cinq prochaines années », et ensuite percer le marché des États-Unis. L’objectif : avoir dix spas d’ici dix ans sur le continent nord-américain. 

« Pour l’instant, on a déjà fait toutes nos études de marché canadien et américain, donc on a déjà ciblé tous les marchés intéressants qui ont du potentiel », a fait savoir Daniel Gingras. Sans vouloir dévoiler dans quelles villes le Groupe Nordik souhaite s’implanter, M. Gingras note que d’autres sites dans la grande région de Toronto sont intéressants, tout comme l’Ouest canadien. 

« Notre montage financier pour les cinq prochaines années est déjà fait », précise-t-il. Quant au marché américain, divers marchés répartis dans plusieurs régions ont du potentiel, a-t-il dit.

Dans tous ses projets, le groupe souhaite trouver des sites suffisamment grands pour d’éventuels agrandissements. 

Dans le cas du site de Whitby, l’entreprise a notamment déjà identifié l’endroit où pourrait un jour être érigé un hôtel.