Le comité de liaison de la cellule d’intervention sur la vitalité de l’industrie forestière des régions de l’Outaouais et des Laurentides a déposé mardi ses recommandations auprès du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, par le biais d’un mémoire.
Le comité de liaison de la cellule d’intervention sur la vitalité de l’industrie forestière des régions de l’Outaouais et des Laurentides a déposé mardi ses recommandations auprès du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, par le biais d’un mémoire.

Dix-sept recommandations pour résoudre la crise forestière en Outaouais et dans les Laurentides

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Le comité de liaison de la cellule d’intervention sur la vitalité de l’industrie forestière des régions de l’Outaouais et des Laurentides a déposé mardi ses recommandations auprès du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, par le biais d’un mémoire.

Le document préparé par le groupe de travail présidé par le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, et par le maire de Mont-Laurier, Daniel Bourdon, s’intitule «Ajustements à apporter au régime forestier et mesures de transition à mettre en place pour les régions de l’Outaouais et des Laurentides» et propose 17 recommandations dans but de relancer les activités forestières dans la région et de procéder à une refonte du régime forestier du Québec. 

«Nous sommes extrêmement fiers du travail que notre comité a fait. Le mémoire que nous avons déposé au ministre Dufour renferme les éléments qui ont fait l’objet de discussions au cours de nos réunions des neuf derniers mois. Le ministre a maintenant les éléments nécessaires pour entreprendre une réforme du régime forestier qui tiendra compte des réalités contemporaines de l’industrie forestière en Outaouais et dans les Laurentides», a déclaré par voie de communiqué le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon.

Rappelons que la «cellule d’intervention» a été lancée par le ministre Dufour en décembre 2019 à la suite notamment de la fermeture de l’usine Fortress de Thurso quelques mois plus tôt. Divisée en trois comités, cette instance a pour mandat de résoudre sur le long terme la crise forestière qui secoue l’Outaouais et les Laurentides depuis un an.