Dans le discours du Trône, lu par la lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell, les détails sur les sommes d’argent investies ne sont pas précisés.

Discours du Trône: l'Ontario veut investir dans les soins de santé

Le dernier budget avant l’élection provinciale en Ontario devrait inclure des mesures pour réduire les délais dans les hôpitaux, améliorer les services en santé mentale et réduire les coûts de garderie, a annoncé le gouvernement lundi.

Dans le discours du Trône, lu par la lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell, les détails sur les sommes d’argent investies ne sont pas précisés. On mentionne simplement que les montants seront dévoilés dans le budget du 28 mars.

Le discours souligne toutefois quelques priorités du gouvernement en vue de sa dernière session parlementaire avant l’élection prévue le 7 juin. Les plus récents sondages indiquent que les libéraux sont deuxièmes derrière les progressistes-conservateurs.

Dans le prochain budget, l’attention sera tournée vers les soins de santé, a annoncé le gouvernement. On promet des «investissements significatifs» dans le fonctionnement des hôpitaux afin de réduire les délais d’attente.

D’autres sommes importantes devraient être consacrées aux soins à domicile, en santé mentale et contre les dépendances, prévoit le discours.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé son intention d’élargir le programme Assurance-santé Plus, qui offre gratuitement les médicaments d’ordonnance aux citoyens de moins de 25 ans. L’Ontario veut permettre à une plus large partie de la population d’en bénéficier.

«Votre gouvernement s’est doté d’un plan axé sur le mieux-être et l’avenir. C’est la bonne solution pour la population et l’économie de l’Ontario, car leur prospérité respective est intrinsèquement liée», a déclaré la lieutenante-gouverneure Dowdeswell aux parlementaires.

Le discours annonce d’autres mesures visant à amoindrir les coûts des services de garde que l’on qualifie «d’obstacle principal pour de nombreuses familles».

D’autres promesses s’adressent aux étapes subséquentes de la vie au rythme où l’enfant grandit, notamment en bonifiant le programme de gratuité des frais de scolarité des collèges et universités. Aujourd’hui, 225 000 étudiants y auraient déjà accès.

Elizabeth Dowdeswell a indiqué que «le budget de 2018 affichera un déficit modeste de moins de 1 pour cent» du PIB, mais qu’il «indiquera le chemin à suivre pour atteindre un budget équilibré».

Aucune mention n’est faite concernant la possibilité d’une hausse des tarifs d’électricité. Une position qui a longtemps contribué à affaiblir le taux de popularité de la première ministre Kathleen Wynne et qui devrait demeurer un enjeu majeur de la prochaine élection.

Les chèques vont rebondir, dit Doug Ford

Le chef conservateur Doug Ford a affirmé que l’Ontario ne pouvait pas se permettre de payer pour les promesses du gouvernement libéral, soutenant qu’elles entraîneraient des milliards de dollars en nouvelles dépenses et en dettes.

«Le problème avec Kathleen Wynne, le problème avec son gouvernement - nous l’avons vu aujourd’hui avec son discours du Trône -, est qu’ils vont dire et promettre n’importe quoi pour demeurer au pouvoir», a déclaré M. Ford devant des partisans lors d’un rassemblement, lundi soir, à Toronto.

«(Elle) a écrit beaucoup de chèques avec le compte bancaire des contribuables... Nous connaissons tous les finances de cette province et je peux vous dire que tous ces chèques vont rebondir», a-t-il ajouté.

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, a vu dans le programme libéral en assurance maladie un miroir de certaines des propositions néo-démocrates. Le NPD a annoncé en fin de semaine un engagement de 1,2 milliard $ pour débourser les soins dentaires de 4,5 millions de résidants.

«La différence est que les néo-démocrates croient véritablement à l’importance de ces mesures et les implanteront après avoir été élus», a dit Mme Horwath, ajoutant que les libéraux changent souvent leur fusil d’épaule à la suite d’élections.