Les excédents de Desjardins se sont chiffrés à 758 millions $, a indiqué la coopérative établie à Lévis, ce qui représente une croissance de 304 millions $ par rapport à l’an dernier.

Desjardins affiche des excédents

MONTRÉAL — Le Mouvement Desjardins a affiché vendredi des excédents avant ristournes du troisième trimestre en hausse de 66 % par rapport à la même période un an plus tôt, ce qu’il a attribué à la conclusion de la vente des principales activités du groupe financier Western.

Les excédents de Desjardins se sont chiffrés à 758 millions $, a indiqué la coopérative établie à Lévis, ce qui représente une croissance de 304 millions $ par rapport à l’an dernier. La vente des filiales Western Financial Group et Western Life Assurance Company, annoncée en février, a permis à Desjardins de réaliser un gain net non récurrent de 258 millions $ au plus récent trimestre.

Le résultat ajusté de Desjardins, qui exclut les éléments extraordinaires, a pour sa part atteint 508 millions $ pour le trimestre clos le 30 septembre, ce qui représentait une croissance de 10,2 % par rapport au troisième trimestre de 2016.

Le revenu total de Desjardins a reculé de 10,2 % pour s’établir à 3,68 milliards $ par rapport au même trimestre de l’an dernier, mais ses revenus d’exploitation ont progressé de 13,4 % à 4,04 milliards $.

Par rapport à l’an dernier, la provision pour pertes sur mauvaises créances a diminué de 6 millions $ pour s’établir à 92 millions $.

Le secteur des particuliers et entreprises a contribué aux excédents avant ristournes à hauteur de 304 millions $ au plus récent trimestre. Cette hausse de sept pour cent par rapport à l’an dernier était surtout attribuable à la « bonne performance du réseau des caisses », a expliqué Desjardins.

Le secteur de la gestion de patrimoine et de l’assurance de personnes a généré des excédents nets de 121 millions $, un chiffre en baisse de 4 % par rapport à l’an dernier.

Finalement, le secteur de l’assurance de dommages a vu ses excédents nets atteindre 318 millions $ — un montant près de neuf fois plus important que l’an dernier, qui s’expliquait surtout par la vente des filiales d’assurance de Western, mais aussi par une sinistralité « plus favorable » qu’au même trimestre l’an dernier, en particulier dans l’assurance automobile et de biens. Le troisième trimestre de 2016 avait vu davantage d’événements majeurs et une catastrophe causée par de la grêle en Alberta.