François St-Amour, maire de La Nation

Des maires de l’Est ontarien se questionnent sur un investissement du fédéral

Des maires des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) saluent un nouveau financement du gouvernement fédéral pour soutenir des projets d’entreprises dans les régions rurales, mais craignent qu’il soit peu utile au sein des municipalités.

Le gouvernement fédéral a annoncé mercredi un financement de plus de 1 milliard $ sur six ans pour que FedDev Ontario puisse voir à la croissance des entreprises du sud de l’Ontario, région qui inclut l’est et le sud-ouest de la province. De ce montant, 100 millions sur trois ans seront consacrés à des projets dans les régions rurales.

Le maire de Casselman, Daniel Lafleur, doute qu’il sera possible de soutenir des projets d’entreprises sans un nombre suffisant de services et d’infrastructures. « Si on a des entreprises qui veulent s’installer dans le parc industriel, il nous reste deux terrains. Ce n’est pas beaucoup. C’est vraiment ça, notre point d’interrogation. C’est du bel argent, c’est une bonne nouvelle, mais est-ce que nous, on va en bénéficier ? Pas à l’heure actuelle.»

Ce dernier affirme que la situation économique de Casselman pourrait faire un bond important si les infrastructures au sud de l’autoroute 417 étaient installées. « Il faut absolument commencer à développer ce côté-là, dit-il. Quand ça va devenir une autoroute commerciale, alors là, il y aura des entreprises. Mais tant et aussi longtemps qu’on n’a pas d’infrastructures mises en place, on ne pourra pas profiter de cet investissement.»

Même son de cloche pour la municipalité de La Nation. « Ces fonds-là, ce n’est pas pour des projets municipaux », déplore le maire François St-Amour.

« Il y a certaines industries qui ont moins besoin d’eau et d’égouts, mais l’électricité, tu ne peux pas t’en passer. Moi, dans mon coin, à Limoges surtout, c’est pourri. L’électricité, on penserait que ce n’est pas une question, mais c’en est une. »

« Dans le rural, on est tous dans la même position, observe le maire de Hawkesbury-Est, Robert Kirby. On a besoin de l’infrastructure. C’est un défi. »

Ce défi, le maire de Russell en est bien conscient. Pierre Leroux craint même l’exode des entreprises qui souhaitent se développer au sein de sa municipalité. « Si les grosses entreprises cherchent à grandir et que ce n’est pas disponible, on est à risque qu’ils décident d’aller s’installer ailleurs. »

« Le gouvernement Ford traîne de la patte »

Les municipalités ne peuvent effectivement pas appliquer directement pour des fonds à travers FedDev, apprend-on dans un courriel envoyé par le bureau du député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin.

On y rappelle qu’en mars 2018, le Canada et l’Ontario ont signé « l’entente bilatérale d’infrastructure Canada - Ontario », selon laquelle les municipalités doivent envoyer les demandes de financement au gouvernement de l’Ontario. Ce dernier envoie ensuite une liste de projets recommandés au gouvernement fédéral, qui approuve la liste, avant que le financement soit distribué aux municipalités.

Selon M. Drouin, les dernières élections provinciales et municipales ont provoqué un gel sur les annonces d’infrastructures.

« Les élections municipales étaient le 22 octobre et le gouvernement de l’Ontario n’a toujours pas soumis de liste au fédéral. Pour le fédéral, il s’agit seulement de donner le feu vert, mais aucun fonds ne peut être alloué sans que l’Ontario envoie une liste. La saison de la construction approche. et malheureusement, le gouvernement Ford traîne de la patte et tarde à soumettre des projets.»