Le New York Stock Exchange

Des iPhone plus chers rapportent gros à Apple

SAN FRANCISCO - Le groupe informatique Apple a publié mardi un bénéfice net trimestriel en hausse de plus de 30% à 11,5 milliards de dollars, aidé en particulier par une hausse du prix de vente des iPhone.

Rapporté par action, référence en Amérique du Nord, le bénéfice ressort à 2,34 dollars. C’est davantage que prévu par les analystes, qui tablaient sur 2,18 dollars.
Le chiffre d’affaires est aussi meilleur que prévu, à 53,27 milliards de dollars (+17%).

Les ventes d’iPhone, très observées, se sont révélées en revanche un peu en-dessous des anticipations, avec 41,3 millions d’unités écoulées (+1%) mais Apple a fait plus que le compenser grâce à une hausse des prix de vente. Le chiffre d’affaires tiré des smartphones a ainsi bondi de 20%, pour atteindre 29,9 milliards de dollars.

Cela est notamment dû à la sortie en 2017 de l’iPhone 8 et surtout de l’iPhone X, dont le prix de vente démarre aux Etats-Unis à près de 1.000 dollars.

Cette publication a visiblement rassuré les investisseurs: le titre montait de 2,65% à 195,34 dollars dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street vers 21H10 GMT.

Mais ce niveau est encore insuffisant pour atteindre le seuil symbolique des 1.000 milliards de capitalisation boursière. Le groupe a fini la séance officielle à 935,3 milliards de dollars.

Le PDG du groupe Tim Cook a évoqué dans le communiqué de résultats, le «meilleur troisième trimestre» d’Apple, aidé par de «solides ventes d’iPhone, des services et des objets connectés».

Le géant, qui cherche à se diversifier tant il est financièrement dépendant de l’iPhone, a notamment affiché une progression de 31%, à 9,55 milliards de dollars, des recettes tirées des «services» (iTunes Store, Apple Music, Apple Pay...).

Rebond à Wall Street

Par ailleurs, Wall Street a terminé en hausse mardi, aidée dans son rebond après plusieurs séances difficiles par l’espoir d’un apaisement des tensions commerciales entre Washington et Pékin et des résultats d’entreprises bien accueillis.

L’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,43% à 25.415,19 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,55% à 7.671,79 points après avoir perdu plus de 1% à chacune des trois séances précédentes.

L’indice élargi S&P 500 a pris 0,49% à 2.816,29 points.

Après trois séances de baisse, «le marché a testé jusqu’où on pouvait descendre» et «est parvenu avec succès (mardi) à rebondir», a commenté Sam Stovall de CFRA. «Cela pourrait juste être un rebond de soulagement et il faut voir si cela se confirmera demain», a-t-il ajouté.

Les indices ont été aidés mardi par l’accueil positif réservé aux résultats de quelques grands noms de la cote, à l’instar du fabricant de produits ménagers et d’hygiène Procter and Gamble (+0,85%) et du laboratoire pharmaceutique Pfizer (+3,47%), deux membres du Dow Jones.