On prévoit aussi que le marché du travail poursuivra son expansion dans la région à la fois en 2018 et en 2019, alors que le taux de chômage continuera de s’abaisser.

Des indicateurs «au vert» pour l'Outaouais en 2018 et 2019

L’économie de l’Outaouais continuera de croître en 2019 à un rythme légèrement supérieur à celui du reste de la province, selon une étude régionale réalisée par Desjardins.

Selon les prévisions de l’institution financière, la croissance économique atteindra 4,3% en 2018 dans la région, alors qu’elle se chiffrera à 4,1% pour l’ensemble du Québec. L’an prochain, l’Outaouais (4,1%) continuera sur la même lancée malgré un faible recul, conservant ainsi son avance par rapport à la moyenne provinciale anticipée (4%).

« Tous les indicateurs sont assez au vert pour la région, malgré les défis comme la pénurie de main-d’œuvre, auxquels toutes les régions sont confrontées. Dans l’ensemble, l’Outaouais affiche de belles perspectives économiques pour l’an prochain. La région va réussir à conserver une cadence légèrement supérieure à celle de la province. Le taux de chômage est plus faible et les investissements progressent beaucoup plus rapidement qu’ailleurs », lance l’économiste senior chez Desjardins, Chantal Routhier.

La majeure partie de la croissance économique de l’Outaouais proviendra des secteurs de l’agriculture, de l’enseignement et du tourisme, entre autres, où plusieurs projets de développement sont en cours ou en élaboration.

Mme Routhier ajoute que « la stabilisation de la fonction publique » est aussi nombre des facteurs qui contribuent à l’essor économique anticipé dans la région.

« Toutefois, les secteurs forestier et manufacturier demeureront sous pression, alors qu’ils continuent à faire face à d’importants enjeux, dont le conflit commercial entre le Canada et les États-Unis sur le bois d’œuvre et les négociations entourant l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) » affirme-t-on dans l’étude régionale.

On prévoit aussi que le marché du travail poursuivra son expansion dans la région à la fois en 2018 et en 2019, alors que le taux de chômage continuera de s’abaisser.

L’étude de Desjardins souligne que comme d’autres régions du Québec, l’Outaouais se caractérise par une dualité au niveau de son activité économique régionale.

« D’un côté, il y a Gatineau et ses alentours, où l’importance du secteur des services est prépondérante et où l’essor des technologies s’intensifie. De l’autre côté, il y a le milieu rural encore fortement relié à l’agriculture et à l’exploitation forestière, des secteurs qui cherchent constamment à se renouveler afin d’être en mesure d’assurer leur pérennité », peut-on lire.

Preuve tangible que la région est loin d’être épargnée par la pénurie de main-d’œuvre, l’indice de remplacement dans la région s’abaissera à 77,8% d’ici trois ans. Concrètement, cela signifie que pour chaque groupe de 100 travailleurs qui partiront à la retraite, il y aura 77,8 personnes prêtes à intégrer le marché du travail. Il s’agit d’un repli de 11 points de pourcentage par rapport à 2016.